Les petits bonheurs d’octobre 2016 #2

Lundi 17 : passer la journée avec mon chéri. Rendre ma trad marathon et reprendre aussitôt le cours de celle que j’avais interrompue 15 jours plus tôt. Cela étant, je reste chez Disney, je ne suis pas dépaysée et je continue à faire vibrer mon âme d’enfant. En parlant d’enfant, raccompagner les miens chez leur père et avoir le cœur serré, comme toujours, quand la porte se referme et que je repars sans eux. Puis lever les yeux vers le ciel (qui se dégage après une journée de pluie) et me rappeler que je peux choisir de me morfondre ou de profiter de ce temps libre qui m’est offert. Me sentir déjà mieux et passer une douce soirée en tête à tête avec l’homme que j’aime.

Mardi 18 : exploser le quota de pages que je devais faire alors que je n’avais franchement pas la tête à travailler. Comme à chaque fois que je commence à prendre confiance en moi au volant, faire plein de petites bêtises, comme si je ne pouvais pas m’empêcher de me saboter toute seule. Mais ma monitrice préférée souligne que c’était mieux sur la fin et que, l’important, c’est ce que j’ai appris, pas les erreurs que j’ai commises. Forcément, j’apprécie son sens de la pédagogie et sa vision positive. En rentrant de mes deux heures de conduite, courir sans transition au cours de chant intuitif et en ressortir avec une belle énergie. Puis retrouver mon chéri, d’aussi bonne humeur que moi après avoir passé la journée à jouer du jazz. On a plein de séries en attente qu’on aimerait regarder ensemble mais, comme toujours, on refait le monde pendant des heures et on ne voit pas le temps passer.

Mercredi 19 : profiter d’une grasse matinée en plein milieu de semaine pour se faire plein de câlins, voilà une journée qui commence bien. En plus, il fait un temps splendide. Pendant que mon chéri prend la route de Perpignan, je vais faire ma balade quotidienne et j’en prends plein les yeux puisque les arbres commencent enfin à se parer d’or. Il était temps ! (L’automne est une saison frustrante en Provence où tout reste vert très longtemps.)

les-petits-bonheurs-disa-01

Jeudi 20 : profitant du fait que j’ai de l’avance sur ma prochaine trad, je passe la journée à faire du ménage. Ça n’a rien d’une activité enthousiasmante en soi, mais je suis toujours contente de prendre soin de ma maison et surtout de pouvoir le faire sans stresser à cause du boulot. Et c’est dans le même état d’esprit (heureuse et détendue) que j’enfile une robe toute neuve et que je me fais belle pour passer la soirée à Avignon avec mon chéri. Nous avons une bonne nouvelle à fêter, ce que nous faisons dans l’un des meilleurs restaurants japonais de la ville, le Tanoshii. Comme le dit si bien mon chéri, ça fait du bien de ne pas avoir de deadline, ou en tout cas d’avoir des échéances suffisamment lointaines qui nous laissent le temps de respirer !

les-petits-bonheurs-disa-02

Vendredi 21 : je boucle ma journée de travail en un peu plus de trois heures. Il faut dire que je suis motivée, le chéri et moi sommes seuls chez lui pendant trois jours et on a bien envie d’en profiter ! D’ailleurs, c’est exactement ce qu’on fait. Du coup, blottie dans ses bras sur le canapé, je me laisse aller à des confidences sur ma reconversion professionnelle et je lâche des choses que je n’osais pas forcément m’avouer, mais qui me pesaient depuis un moment. Si j’ajoute une activité supplémentaire à la traduction, c’est pour faire quelque chose que j’aime. Si certains aspects commencent déjà à ressembler à une corvée, ce n’est franchement pas la peine. Ça peut paraître évident, mais ça ne l’est pas tant que ça, en fait. C’est comme si je me retrouvais poussée dans une certaine voie parce qu’il y a de la demande et des attentes, mais est-ce vraiment ce que je souhaite faire de mon temps ? Cela mérite réflexion mais, comme le fait remarquer mon chéri, rien ne presse. Tout se passe bien du côté de la traduction, je peux me laisser du temps pour y voir plus clair. La discussion me fait énormément de bien et soulage complètement la tension qui commençait à s’accumuler depuis quelques semaines.

Samedi 22 : il fait un temps magnifique, et le chéri et moi sommes tous deux d’excellente humeur. Les courses à Ikea et à Auchan pourraient ressembler à une corvée, mais non, c’est chouette de choisir une nouvelle bibliothèque et divers objets pour ma maison. (Je précise que la bibliothèque n’est pas pour moi, mais pour les enfants. Mais n’allez pas croire que je n’achète plus de livres, simplement, je triche, je les prends en ebook, ça occupe moins d’espace !) Et je suis infiniment touchée que le chéri s’investisse autant pour m’aider à me sentir bien chez moi.

Dans l’après-midi, le temps change du tout au tout et il se met à pleuvoir. Q’importe, on se regarde un film, de nouveau blottis sur le canapé. L’âge d’Ultron, je trouve ça vachement bien, mieux que ce qu’on m’en avait dit. En même temps, j’ai tellement aimé Civil War que je suis ravie de regarder les films que j’avais loupés entre-temps. Après cette séance cinéma, on se prépare un petit dîner aux chandelles arrosé de champagne, rapport à l’excellente nouvelle apprise pendant la semaine. Puis on termine la soirée devant Vice-versa, que nous n’avions pas encore vu. Je vous en reparlerai car j’ai, forcément, apprécié le message : nous avons besoin de toutes nos émotions, y compris de celles qu’on pourrait considérer comme négatives !

les-petits-bonheurs-disa-03

Dimanche 23 : on rentre chez moi pour installer les affaires achetées à Ikea et préparer l’arrivée de mes enfants et de mes neveux. J’ai hâte, c’est vraiment le genre de vacances que j’ai envie de leur offrir à tous les quatre, des moments cocooning, des moments de complicité, des éclats de rire et des yeux qui brillent, et puis des chuchotements dans le noir que je ferai semblant de ne pas entendre parce qu’on s’en fout s’ils se lèvent tard le lendemain. En plus, c’est Halloween, et j’ai bien l’intention d’organiser une soirée spéciale monstres, sorcières et citrouilles !

Mais le temps fort de cette journée, c’est ce dernier dîner en amoureux avant l’arrivée des enfants. On pensait se coucher tôt et bouquiner un peu au lit, après tout, ça fait presque une semaine qu’on est ensemble 24h sur 24 et qu’on a de grandes discussions sur la vie, nos projets, le monde… Mais non, nous voilà embarqués dans des débats éthiques et métaphysiques absolument passionnants, et il est plus de 2h du matin quand nous éteignons la lumière. Je m’endors dans ses bras en me disant combien on a de la chance de s’être trouvé…

Et vous, c’était comment cette semaine ?


6 réflexions sur “Les petits bonheurs d’octobre 2016 #2

  1. Très jolis moments ❤
    Tes réflexions sur le boulot font écho en moi… je pense très sérieusement à abandonner mon activité complémentaire car j'ai transformé un plaisir en corvée… ce qui n'était pas le but au départ… bref, ça bouillonne ! Bisous Isa

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s