Haut les cœurs

0756435c1181d31b823ca4f655aec472

On ne va pas se mentir, j’ai passé les premières heures de la journée en état de choc. J’ai ressenti du découragement, de la colère et de la peur aussi. J’ai passé une heure devant BFM, le temps de voir que les carottes étaient cuites, que Hilary avait jeté l’éponge et que Trump s’efforçait de tendre la main aux Américains qui n’ont pas voté pour lui. (C’est à dire à peu près la moitié, le système électoral étasunien étant particulièrement mal foutu.) J’ai eu le temps de voir aussi les journalistes mépriser superbement un Républicain vivant en Europe et tentant d’exprimer son point de vue sur la victoire de son candidat. Euh, les gars, pourquoi l’inviter sur votre plateau si c’est pour ne pas écouter ce qu’il a à dire ? Et BORDEL, est-ce que vous vous rendez compte que c’est à cause de gens comme vous qu’une partie de l’électorat américain, lasse de ne pas être entendue et d’être dédaignée, a voté pour Trump ? MEDIAS DE MERDE !!!

Ahem.

Je suis choquée et en colère, donc, mais je ne suis pas entièrement surprise. Je n’ai pas cessé de l’écrire ces derniers mois sur Facebook, je suis convaincue que nous subissons actuellement les derniers soubresauts du système patriarcal dans lequel nous vivions jusqu’à présent. Nous avons ouvert les yeux sur tellement d’injustices cette année ! Il n’est plus possible désormais de nier les problèmes de racisme, de sexisme et d’intolérance qui gangrènent notre société. Tant de voix se sont élevées pour rappeler que chacun y a sa place quels que soient sa couleur de peau, son sexe ou son orientation sexuelle, entre autres ! Alors, forcément, cela fait peur. Et même si le vote du 8 novembre est avant tout un vote contestataire, c’est aussi un vote motivé par la peur. La peur du changement que les gens bienveillants et ouverts d’esprit réclament avec de plus en plus de ferveur. Je déplore juste que l’humanité ait besoin de toucher le fond pour se réveiller et mettre en place ce changement

Mais je l’accepte. De mauvaise grâce et en râlant, mais je l’accepte. Parce que, fondamentalement, je ne peux pas croire que nous courons à notre perte. Trump a gagné ? Il incarne tout ce contre quoi je me bats ? Eh bien, je vais continuer à me battre pour que nous puissions vivre dans un monde plus juste, plus tolérant et surtout plus bienveillant. Mes convictions sont intactes et ma détermination, finalement, n’en est que renforcée. Je pourrais vous dire que je le fais pour mes enfants, et c’est une évidence, mais je le fais pour moi aussi. Parce que je ne veux pas attendre pour vivre dans une société où tout le monde s’accepte et s’entraide. C’est peut-être une utopie, surtout à l’heure actuelle, mais la victoire de Trump ne prouve-t-elle pas que tout est possible ?

Pour conclure, je vous laisse avec ce texte inspirant de The Bloggess et j’invite mes lecteurs anglophones à lire l’intégralité de son billet sur son site :

« Peu importe qui va gagner et pour qui vous avez voté. Vous avez toujours l’opportunité de vous battre chaque jour pour ce que vous voulez voir dans le monde. L’opportunité de vous battre pour la justice, la bienveillance, l’acceptation, l’amour, l’égalité ou toutes ces choses qui nous manquent actuellement. Vous ne vous battrez pas seul-e et vous pourrez quand même avoir un impact. Dans certains cas, votre impact sera plus grand que celui d’un président. Quoi qu’il arrive demain (et les jours suivants), on va avoir besoin de vous pour promouvoir la joie, l’amour et la grâce.

CA VA ALLER. »

0f13fecc5ab4b1f2c527e62dd1a18b04

Illustrations trouvées sur Pinterest.


4 réflexions sur “Haut les cœurs

  1. Ce sera le seul texte sur le sujet que je lirai de la journée… je savais qu’il serait malgré tout positif ! et j’avais raison !! C’est fou depuis ce matin, le nombre de spécialistes en politique internationale qui sont apparus dans mon entourage… j’essaye de voir le positif, de me dire que peu importe parce que mes convictions, mes valeurs sont là… qu’Hilary était loin d’être un choix idéal et qu’on sentait bien que c’était un peu le choix du « entre la peste et le choléra »… Mais je ne me permetrai pas de critiquer les Américains… Qui suis-je pour cela ? Je vis dans un pays où la NVA est au gouvernement… cela n’ôte le droit de mettre tout un peuple dans le même panier, où de faire de la pseudo analyse d’une situation dont je ne maîtrise les subtilités… Je veux garder espoir pour nous, pour nos enfants !
    Merci Isa !

    Aimé par 1 personne

    1. Tu as absolument raison, j’ai vu passer plein de réactions nauséabondes et/ou extrêmement pessimistes, comme si les gens avaient besoin de prédire des catastrophes pour justifier leur angoisse du moment. Elizabeth Gilbert a écrit quelque chose de très juste (comme d’habitude) : elle conseille déjà de prendre du recul et de respirer (on n’est pas encore en guerre et le ciel ne s’est pas encore écroulé), puis de se poser la question : quelle personne ai-je envie d’être dans cette situation ?
      Je crois que toi et moi nous avons envie d’être des personnes optimistes qui vont continuer à vivre selon leurs valeurs en essayant de faire du bien autour d’elles.
      Et c’est ce qui va me permettre de bien dormir ce soir.
      Je t’embrasse.

      J'aime

  2. C’est tellement facile de critiquer quand on est loin ! Je ne sais pas ce qu’auarit valu Hillary Clinton, mais c’est clair que pour moi, Trump c’était no way. Et je crains fort que ce soit le même genre de faux choix pour nous dans quelques mois. le choix par défaut. Et la difficulté de voter selon ses convictions parce que ça risque de laisser passer quelqu’un dont on ne veut vraiment pas et que pour le contrer il faudra voter pour quelqu’un dont on ne veut pas non plus.
    Je déteste ces raccourcis qui font qu’on oublie que non, tous les Américains n’ont pas voté pour Trump.
    Continuons à défendre nos valeurs au jour le jour, à les transmettre à nos enfants et je persiste à penser qu’un jour le monde sera meilleur. Parfois il faut toucher le fond pour pouvoir remonter.

    Aimé par 1 personne

    1. Je t’avoue que je me torture avec cette question depuis ce matin. Donner ma voix à un mec de droite pour faire barrage à Marine… en serai-je capable ? La peste ou le choléra ? Je ne sais pas… C’est parce qu’on se retrouve face à ce non-choix depuis des années que les connards qui nous gouvernent continuent d’être élus et de mener des politiques ineptes. Alors que faire ? Pour l’instant, je n’ai pas la réponse.
      Et, bien sûr, tu as raison de le souligner, tous les Américains n’ont pas voté pour Trump. Mais il y a eu beaucoup d’abstention. « Over my dead body » disait une bonne partie de la jeunesse à propos d’Hilary. Je me demande ce qu’ils en pensent maintenant, s’ils regrettent leur choix.
      En tout cas, oui, continuons à défendre nos idéaux. Il fait bien noir au fond du marasme dans lequel nous sommes empêtrés, mais on ne peut effectivement que remonter vers la lumière.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s