Stress, perfectionnisme et priorités

944deb4f540b07720729cf7b6fffbb6b

Avant de partir en Inde, je vous ai présenté la liste de mes objectifs pour l’année 2017. Même s’il est un peu tôt pour un premier bilan, on ne va pas se mentir, pour l’instant, ce n’est pas une franche réussite. J’ai plus que jamais envie d’écrire et de pratiquer des activités manuelles, mais ce sont les premières choses qui sautent dans mon emploi du temps assez chargé. J’ai réussi à bien maîtriser mon alimentation en revenant en France, et les résultats se sont tout de suite fait sentir, tant au niveau de mon énergie que de mon poids. Le bilan est clair : je me sens vachement mieux dans ma peau quand je me nourris essentiellement de légumes et de céréales. Mais je ne suis pas toujours seule. Entre l’envie de faire plaisir aux enfants et celle de ne pas imposer mon régime alimentaire à mon chéri, je me retrouve parfois à manger trop riche et en trop grande quantité. (C’est entièrement ma faute, je suis gourmande ! Et le stress, qui est un facteur déterminant dans l’échec de la quasi-totalité de ces objectifs, influe beaucoup sur la quantité de nourriture que j’avale.) Bref, de ce côté-là, il y a encore du boulot. Il en va de même pour le fait d’écouter mon corps et de respecter mes besoins : sur le plan alimentaire, c’est pas gagné, et sur le plan de la fatigue, c’est du grand n’importe quoi. Je me couche trop tard et je ne dors pas suffisamment.

Je connais parfaitement la cause du problème. Ça s’appelle le perfectionnisme, et c’est mon pire ennemi. A cause de lui, je cours sans arrêt, j’essaie d’être partout à la fois et pourtant j’ai l’impression que le temps me file entre les doigts. J’angoisse à l’idée de ne pas être une bonne mère, une bonne compagne et une bonne amie. J’ai le sentiment de ne pas en faire assez pour les gens que j’aime, et pourtant je ne fais pas grand-chose pour moi non plus. Je stresse à cause de mon travail parce que j’ai désespérément envie de me montrer à la hauteur du texte que je traduis. Je doute de tout, et surtout de moi.

84577879a0325bddd46df0e38fa02448

Heureusement, je pratique de nouveau la méditation et la pleine conscience, et c’est ça qui va me sauver, une fois de plus. Chaque jour, pendant une dizaine de minutes, je ne fais que respirer et écouter mon corps. Et c’est fou comme il a des choses à me dire. Parfois, je bouillonne tellement d’idées que je n’ai qu’une envie, me relever pour les noter. C’est là que je me rends compte que je déborde de créativité, je ne prends juste pas le temps de l’exprimer. Et le temps, justement, parlons-en ! J’ai l’impression que mes journées sont remplies à ras bord, et ça me pèse. Mais je vois bien, quand je médite le matin avant de me mettre au travail, qu’en réalité chaque jour offre plein de possibilités, c’est juste moi qui choisis mal mes priorités.

Or, je l’ai déjà dit et je le répète, notre bien-être devrait être notre première priorité. Comment pourrais-je être attentive aux besoins des gens que j’aime si je suis à cran ? Comment puis-je espérer prendre soin d’eux si je ne prends pas soin de moi ? C’est tellement évident que je me demande comment je fais pour l’oublier aussi régulièrement.

Alors je vais rectifier le tir. J’ai un peu l’impression de ne faire que ça depuis que je suis arrivée dans le Sud : chuter et me remettre en selle, encore et encore, depuis bientôt deux ans. Mais j’ai quand même l’impression de progresser : chaque fois, je remonte la pente un peu plus vite, et c’est un peu plus facile de faire taire mon critique intérieur, celui qui voudrait que tout soit parfait.

10588cd13168398879403aa956ef3259

Non, je ne suis pas parfaite. Mais je suis moi, et c’est bien suffisant. Oui, de temps en temps, je mange n’importe quoi, je ne dors pas assez et je me fais une montagne de tout. Mais ce n’est pas grave. Mes enfants ne vont pas me détester, mon chéri ne va pas me quitter et je ne vais pas perdre mon boulot pour autant. On a tous droit à une deuxième chance, puis à une troisième, une quatrième et ainsi de suite. Parce que ces chances, c’est nous-mêmes qui nous les accordons – ou pas.

Alors j’ai décidé de m’en accorder une. Hier soir, je me suis couchée tôt. Et, pendant une semaine, je vais prendre une heure chaque jour pour faire quelque chose de créatif. Je ne me défilerai pas, même si je vais passer deux jours à Paris. (Je n’aurai qu’à écrire dans le train, par exemple.) Parce qu’en ce moment, écrire, créer, m’exprimer, c’est vraiment important pour moi.

Et vous, quelles sont vos priorités du moment ? Quelles sont les choses que vous avez envie de faire mais que vous sacrifiez au nom de celles que vous pensez devoir faire ?

Illustrations trouvées sur Pinterest.


9 réflexions sur “Stress, perfectionnisme et priorités

  1. C’est tellement difficile de penser à soi, on nous a quand même pas mal seriné que c’était égoïste (et encore plus pour « nous les femmes »). Et pourtant, oui, c’est tellement évident une fois qu’on se l’autorise : la terre ne s’arrête pas de tourner, les enfants mangent quand même, ils enfilent peut-être un t-shirt pas repassé mais on a passé du bon temps, que ce soit seule ou ensembles 🙂
    Je suis curieuse : à part dans l’écriture, comment vas-tu exprimer ta créativité ?

    Aimé par 1 personne

    1. Je voudrais tenir un art journal. En réalité, j’ai déjà commencé, je suis les cours de Gala Darling pour créer une « Radical Self-Love Bible », j’en suis à peu près à la moitié. (Je vais commencer à montrer quelques pages sur le blog.) J’ai vraiment envie d’ajouter des collages, des dessins et de la peinture à mon travail d’écriture, et j’adorerais apprendre la calligraphie.

      Aimé par 1 personne

  2. ça va te paraître très curieux (vu que je suis en arrêt) mais c’est mon travail qui m’empêche de prendre en compte mes besoins… mon objectif sera donc, à ce niveau, de revoir mon rapport au boulot…
    C’est un très joli projet que de réaliser un art journal (je m’incruste dans les commentaires ^^)
    bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Non, ça ne me paraît pas curieux du tout, je comprends tout à fait. Et c’est génial que tu en aies conscience et que tu aies envie d’agir là-dessus. Si tu veux qu’on en parle, tu sais où me trouver 😉

      Et merci pour vos encouragements à toutes les deux ! ❤

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s