Faits de société

La crise des migrants : ce que nous pouvons faire

ad41363d3f56c107b041c85ec81d5999

Ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis, mais aussi en Europe, me laisse sans voix. Vous êtes tou-te-s au courant de la nouvelle politique d’immigration de l’administration Trump. Ce que l’on sait un peu moins, c’est comment ça se passe en France. La dessinatrice Emma, déjà à l’origine de la BD sur la charge mentale, a repris ses crayons pour nous dresser le tableau de la situation, avec liens vers des sites d’information à l’appui. Et c’est une honte.

Personnellement, je ne peux pas rester les bras croisés. Et je sais que vous êtes nombreux et nombreuses à vous demander, comme moi, comment nous pouvons agir. Voici ce que je vous propose. En premier lieu, il me paraît nécessaire de s’informer :

Ensuite, il s’agit de se mobiliser :

  • relayons les informations autour de nous. Partageons les articles sur les réseaux sociaux. Parlons-en avec notre entourage. Ça n’a l’air de rien, comme ça, mais l’indignation populaire a réussi à faire reculer l’administration Trump. Certes, le décret dont je vous parle plus haut n’est que de la poudre aux yeux, le président américain va essayer de continuer sa politique de manière plus discrète, mais si nous restons vigilants, ça ne se passera pas comme ça. N’oublions pas que ces gens sont élus. Avec un peu de chance, aux USA, les Républicains vont se faire botter le cul en novembre, et les Démocrates vont récupérer le Sénat et le Congrès. En France aussi, il faut montrer à nos politiques (de tous bords !) que nous ne sommes pas dupes, que nous ne sommes pas d’accord et que nous ne nous laisserons pas faire. Et ne nous décourageons pas d’avance : si nous ouvrons les yeux ne serait-ce qu’à une seule personne, ce sera déjà ça de pris. (On peut commencer par montrer les photos de John Moore, qui parlent d’elles-mêmes.)
  • signons des pétitions, comme celle de la Cimade, relayée par la dessinatrice Emma, Plus jamais d’enfants placés en rétention, ou encore celle de Change.org Les enfants n’ont pas leur place en cage.
  • quand nous en avons la possibilité, n’hésitons pas à donner de l’argent aux associations qui soutiennent les migrants. Pour ma part, j’ai donné à Together Rising, l’association fondée, entre autres, par Brené Brown, Glennon Doyle et Elizabeth Gilbert. J’apprécie cette association notamment pour le suivi concret sur le terrain. On sait à quoi sert l’argent et on se rend compte que ça permet vraiment de faire bouger les choses. En France, on peut notamment adhérer à la Cimade ou les soutenir par le biais d’un don ponctuel. Si vous avez d’autres associations à me recommander, n’hésitez pas, j’éditerai ce post !
  • enfin, on peut devenir bénévole. Je songe sérieusement à donner de mon temps. Là encore, si vous avez des associations à me recommander, je suis preneuse !

Il ne faut surtout pas perdre espoir. Un petit geste, même s’il nous paraît dérisoire, vaut mieux que l’indifférence. Et je suis peut-être trop optimiste, mais je reste persuadée qu’ensemble, nous pouvons faire bouger les choses. Nous vivons dans une société en pleine mutation. A nous de faire en sorte qu’elle évolue vers un peu plus de tolérance, d’entraide et d’humanité.

Illustration trouvée sur Pinterest

4 commentaires sur “La crise des migrants : ce que nous pouvons faire

  1. Je suis comme toi, je suis en train de réfléchir à la piste du bénévolat… l’association France Terre d’asile propose un programme de parrainage (axé sur le lien social), ça a l’air pas mal!

    et sinon pour les asso’, perso j’ai fait un don à Sos Méditerranée, l’association de l’Aquarius 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s