Pleine conscience

[Pleine conscience] Déconnexion (partielle)

IsaPernot AJMA Digital Detox

L’entendez-vous ?

Quoi donc ?

Le silence.

Ce silence tout relatif des étés provençaux, avec les cigales en toile de fond, et les gens à l’accent chantant qui s’interpellent dans la rue. (Vivre dans une région touristique, c’est avoir l’impression d’évoluer en permanence dans un cliché ou une carte postale.)

Mais, au sein de ce non-silence, tendez l’oreille. Guettez les bruits. Qu’entendez-vous ? Comment ? Pas de « bip » ni de « ding » ? Aucun son électronique censé attirer l’attention ? C’est normal, ça doit bien faire trois mois que j’ai désactivé toutes les notifications sur mon téléphone, à l’exception des SMS. (Mes proches le savent, s’ils ont besoin de me contacter en urgence, ils m’envoient un texto ou ils m’appellent. Le reste peut attendre.)

Plus d’alertes Facebook, Instagram ou Messenger. Idem avec les mails et Google Hangouts, ou encore WordPress et YouTube. Désormais, c’est moi qui choisis à quel moment j’utilise ces applications.

Pourquoi ?

Parce que je me suis rendu compte qu’à chaque fois que je postais quelque chose sur le blog ou sur les réseaux sociaux, à chaque fois que j’envoyais un mail ou un message, je guettais les notifications sonores indiquant une réaction de mes interlocuteurs. Je me mettais toute seule, comme une grande, dans une situation d’attente.

Bien sûr, ça marche dans les deux sens. Parfois, quelqu’un cherchait à me contacter, et j’avais beau être en plein boulot, ou en train de faire la cuisine, ou les mains dans l’eau de vaisselle, souvent je lâchais tout pour regarder mon téléphone. Même si j’essayais de résister pour me concentrer à nouveau sur ma tâche, la curiosité était souvent la plus forte.

Dans les deux cas, c’était, à la longue, usant. Et à l’opposé de ce que je m’efforce de cultiver au quotidien depuis quelques années, c’est à dire la pleine conscience du moment présent. Je n’avais pas toujours la tête à ce que je faisais. Même quand je réussissais à m’investir complètement dans une activité, une alerte sonore venait souvent interrompre ma concentration.

J’ai donc décidé de supprimer cette source de distraction et d’éliminer l’attente. Au début, c’était juste un test, je ne savais pas si j’en serais capable sur le long terme. Mais, très vite, je me suis rendu compte que ça me faisait un bien fou. Ça fait trois mois que je vis sans notifications, et je n’ai aucune intention de les réactiver.

Attention, je ne dis pas que je suis moins présente ou moins active sur le blog ou sur les réseaux sociaux, au contraire. Et ça ne signifie pas non plus que j’ignore les messages que l’on m’envoie. Simplement, aujourd’hui, c’est moi qui choisis à quel moment je consulte mon smartphone, c’est moi qui décide quand répondre à une sollicitation.

Grâce à la pleine conscience, je me suis rendu compte que la manière dont j’utilisais les nouvelles technologies m’impactait de manière négative. Au niveau mental, j’ai noté le déficit d’attention, bien sûr. Et au niveau physique, une certaine forme de tension dans le corps. Soit j’étais dans l’attente d’une réponse, et donc je tendais l’oreille, soit je n’attendais rien, au contraire, et je sursautais presque. Dans les deux cas, j’ai fini par remarquer que je me contractais au niveau des épaules, de manière plus ou moins prononcée. Or, c’est l’un des symptômes physiques du stress.

Qu’on se rassure, je ne cherche absolument pas à diaboliser nos smartphones. Ce sont de formidables outils de communication, et il est hors de question pour moi de m’en passer. Mais l’usage que j’en faisais jusque-là ne me convenait pas, c’était devenu une source de tension. Aujourd’hui, je suis de nouveau capable de bosser, d’écrire ou de me plonger dans n’importe quelle activité pendant des heures, sans relever la tête. Et quand je choisis de consulter mon téléphone, je suis ravie de constater que j’ai des messages. J’aime toujours autant interagir avec les autres, mais quand j’ai fini de répondre, ou même si c’est moi qui sollicite la personne, j’appuie sur « envoyer », je pose le téléphone et je passe à autre chose. Je suis davantage présente à ce que je fais et auprès des gens qui m’entourent. J’ai gagné en qualité de vie, c’est certain.

Pour autant, je ne pense pas avoir fait de « détox numérique » (un terme très à la mode en ce moment). J’utilise toujours autant les nouvelles technologies, simplement je pense en faire un usage plus conscient… et plus respectueux de mon bien-être !

7 commentaires sur “[Pleine conscience] Déconnexion (partielle)

  1. Depuis que j’ai désactivé toutes les notifications sur mon téléphone (sauf les sms) et que je l’ai mis sur silencieux, je revis (et ça fait bien 4 mois). Moins de stress et moins de pics d’anxiété de voir toutes ces notifications qui sollicitaient mon attention. Et j’ai désactivé plein de notification à l’intérieur de FB même par exemple. Je vais chercher des nouvelles quand j’ai envie 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s