Spiritualité

Une certaine idée de la mort (2/2)

Mort Deuil Réincarnation Spiritualité Signes Lumière Après-vie Au-delà Manifestation

Je disais donc que j’ai toujours cru en une vie après la mort. Et j’ai grandi entourée de médiums et de clairvoyants. (Pour celles et ceux qui n’auraient pas lu ce billet sur mon ancien blog, je rappelle que ma mère était astrologue et tarologue. Ça aide d’entrée à avoir un autre regard sur le monde.)

Je n’ai jamais dialogué avec les morts. Mais je pense qu’il y a des gens qui peuvent le faire, oui. Tout comme je pense qu’il y a des gens qui voient les morts. Ce n’était pas le cas de ma mère, mais elle aimait à raconter les signes qu’elle avait reçus de son père après son décès. (Non, elle n’a pas eu droit à l’explosion de la bouteille d’Eau de Cologne, ça, c’était juste pour ma grand-mère !) Ma mère a également beaucoup parlé des deux jours pendant lesquels elle a veillé mon grand-père avant son enterrement, et notamment du moment où elle a vu son âme sortir de son corps.

L’existence de l’âme, pour moi, c’est un peu comme la réincarnation, la question ne se pose même pas. Je n’ai pas de visions – et c’est tant mieux, parce que je ne suis pas sûre que je le vivrais très bien – mais il m’arrive d’entendre et surtout de percevoir/ressentir des choses.

Je n’étais pas présente au moment où l’âme de ma mère a quitté son corps. Ce que je sais, c’est que, lorsque je l’ai vue juste après son décès, son visage était radieux et apaisé pour la première fois depuis des mois. Même mon frère, qui a beaucoup de mal avec tout ce que je vous raconte là, lui a dit à ce moment-là qu’elle était belle. Nous l’avons embrassée avant de partir accomplir toutes les démarches administratives. Lorsque nous l’avons revue quelques heures plus tard au funérarium, j’ai eu un choc. Il n’y avait plus aucune expression sur son visage, son corps n’était plus qu’une enveloppe vide. Deux de nos amis ont d’ailleurs confirmé mon ressenti. Ils sont allés la voir mais ne sont pas restés longtemps parce que, je cite, « elle n’était déjà plus là ».

Dès le lendemain, le « festival » des arc-en-ciel a commencé. C’était magnifique et ça me mettait du baume au cœur dans mon chagrin, mais c’était le seul signe que je recevais. Jusqu’à ce que, deux mois plus tard, je m’apprête à partir chez mon frère pour fêter Noël. Juste avant de monter dans la voiture, je me suis écroulée, seule, dans la salle de bains. Je ne savais pas où trouver la force de passer ces premières fêtes sans ma mère. Tout à coup, j’ai vraiment eu la sensation qu’elle était là et qu’elle me tenait les mains et qu’elle me disait que tout allait bien se passer. Mes larmes se sont taries. Je me suis relevée, je me sentais plus forte. Et on a passé un Noël formidable, où mon frère et moi avons su mettre nos différends de côté pour entourer mon père. J’en garde au final un très beau souvenir.

Puis, petit à petit, je n’ai plus vu d’arc-en-ciel et je n’ai plus vraiment reçu de signes. J’étais trop occupée à digérer tous les aspects complexes de notre relation. Il y avait beaucoup de colère, d’incompréhension et de jugements négatifs entre nous. Il m’a fallu du temps pour l’accepter et ranger tout ça à côté des souvenirs heureux.

Il y a 15 jours, c’était l’anniversaire de sa mort. La veille, j’ai essayé d’écrire un texte, en vain. Mes sentiments étaient trop confus, je n’arrivais pas à coucher quoi que ce soit sur le papier. Le jour même, j’ai vaqué à mes occupations en me sentant étrangement moins triste et moins perturbée que les semaines précédentes. (Depuis début septembre, je ne cesse de répéter à mon chéri que je pense énormément à elle et que ça me travaille.)

Puis, l’après-midi, je suis allée m’acheter une orchidée, parce que c’était l’une des premières choses que je voulais faire en arrivant dans ma nouvelle maison si lumineuse. La fleuriste a commencé à m’expliquer comment prendre soin de cette plante. Je l’ai arrêtée en lui expliquant que j’avais eu une très belle collection d’orchidées pendant des années, mais que je les avais toutes perdues en arrivant dans le Sud et en m’installant dans une maison où elles n’avaient pas assez de lumière pour survivre.

Et là, l’émotion m’a noué la gorge. J’ai repensé à mes orchidées. Chacune d’entre elles avait une histoire. Trois d’entre elles m’avaient été offertes par ma mère, et notamment la toute première. Et, je vous jure, j’aurais pu pleurer là, au milieu du magasin, pour ces orchidées qui sont mortes depuis un bout de temps déjà.

Bien sûr, ce n’était pas seulement la disparition de ces fleurs qui me rendait triste. Mais, tout à coup, je me suis rendu compte de ce que j’étais en train de faire. J’étais en train de me racheter une orchidée le jour de l’anniversaire de la mort de ma mère. Il y a des jours où l’univers vous envoie des clins d’œil si énormes que vous ne pouvez pas les rater.

Je suis rentrée chez moi et j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps en écrivant ce texte sur Instagram. Ce que je n’ai pas dit, c’est que je l’ai écrit sur le fauteuil à bascule que ma mère m’avait offert à la naissance de mon fils. Et pendant que je me balançais là, en pleurant, je me suis dit que j’avais de la chance d’avoir tant de choses qui me la rappelaient : l’orchidée (même si ce n’est pas celles qu’elle m’a offertes), le fauteuil, d’autres souvenirs encore.

Depuis que j’ai rencontré mon chéri, je me suis souvent demandé ce que ma mère aurait pensé de lui. (Elle avait, de son vivant, un jugement parfois très dur sur les gens, et notamment sur les conjoints de ses enfants.) Toujours pendant que je me balançais en pleurant, les yeux sur l’orchidée, j’ai entendu une voix qui me disait, avec beaucoup d’humour et d’affection : « Mais voyons, c’est elle qui t’a guidée vers lui. »

Et je me suis sentie en paix. Triste, mais réconfortée aussi.

Je sais que ça peut paraître complètement dingue, mais si justement je vous raconte tout ça, c’est qu’à un moment donné, j’ai essayé de me couper de tout ça et de ne plus faire appel qu’à mon esprit rationnel, et ça ne m’a pas réussi du tout. Je ne peux pas me couper de ma nature sensible et intuitive et je ne peux pas nier ce que je ressens parce que je suis comme ça, et que ma vision du monde et de l’univers fait de moi ce que je suis. Il y a de la place en moi pour d’autres points de vue, même contradictoires, j’entends et je comprends les arguments qu’on m’oppose, mais j’accepte que je suis différente et que je vois les choses à ma façon.

Et, je vous encourage, bien évidemment, à faire de même, quelle que soit votre vision à vous ❤

15 commentaires sur “Une certaine idée de la mort (2/2)

  1. J’aime beaucoup cette phrase : « Et je me suis sentie en paix. Triste, mais réconfortée aussi. »
    J’ai, quand à moi, l’impression de sentir l’énergie des endroits… je ne sais pas l’expliquer mais je sens clairement si un lieu est accueillant (dans le sens de rejet des personnes) ou pas… Enfin, je m’explique sans doute mal… et je dois avoir l’air d’une demi folle mais c’est ainsi…
    Bisous et merci pour ton billet ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Tu t’expliques très bien, rassure-toi 😉 Mais je serai ravie d’en parler davantage avec toi. Et il n’est pas question de juger ton ressenti, au contraire. Tu ne trouveras ici qu’écoute et bienveillance ❤ Bisous et merci pour ton commentaire ❤

      J'aime

  2. De mon côté je ne peux que te féliciter et t’admirer pour le courage que tu as eu en écrivant ces mots. Oui il faut respecter les croyances de chacun et notre rôle n’est pas du tout de convaincre. C’est un sujet que j’ai souvent eu envie d’aborder mais dont je n’ai jamais eu le courage ( sur mon blog ) car je fais parti de ces gens qui rentre en contacts avec les défunts ( enfin ce sont eux qui rentrent en contact avec moi plus exactement ). La première fois j’avais 6 ans. Et ce qui est dingue mais que j’accepte c’est que c’est toujours des défunts inconnus qui viennent vers moi jamais ma famille. Mais je l’accepte c’est comme ça. Je réussi à rentrer en contact avec mes grands-parents mais par une médium intermédiaire. Mon père quant à lui est partit lorsque j’étais encore une enfant donc c’est très difficile de rentrer en contact avec une âme qui s’en est allé il y a plus de 20 ans. Ca leur demande beaucoup d’énergie. On pourra en discuter si tu le souhaite. Et peut-être qu’un jour j’en parler publiquement qui sait …. Mais bon en même temps je n’en ressent pas le besoin plus que ça. Ca fait tellement parti de mon quotidien depuis l’enfance que c’est devenu  » banal  » pour moi. Lorsqu’une âme me parle je n’en suis même plus surprise.

    Aimé par 1 personne

    1. Je crois qu’effectivement il ne faut pas te forcer à en parler sur le blog si tu n’en ressens pas le besoin. Mais oui, je serai ravie que nous ayons une discussion à ce sujet un jour 😉 Je te laisse le soin de répondre au commentaire ci-dessous qui s’adresse aussi à toi et je te remercie pour ce témoignage fort. Bisous ❤

      J'aime

  3. Bonjour,
    Sandmayer j’aimerais savoir quel est le nom de ton blog.
    Isa,
    Je te lis depuis quelques temps. J’aime beaucoup ce qu’il dégage de ton blog.
    J’aimerais savoir ce que s.est être clairvoyant? Es ce que cela a un lien avec l’intuition?
    Merci d’avance de vos réponses mesdames.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Ya, merci et bienvenue 🙂 Il me semble que la définition stricte du terme est que tu peux voir des choses. Moi, par exemple, quand « j’entends des voix », on parlerait plus de clairaudience, encore que je ne sais pas si ça s’applique vraiment, ce sont des mots et des sensations qui s’impriment directement dans ma tête – et c’est loin d’être fréquent.
      L’intuition, c’est encore autre chose. Je pense qu’elle peut être influencée par des êtres extérieurs à toi, comme ma rencontre avec mon chéri, que je raconte ici : https://aujourdhui-je-maime.com/2018/09/26/pensee-positive-les-belles-experiences-que-je-dois-a-mon-intuition/
      Mais, pour moi, l’intuition, c’est avant tout notre boussole intérieure, la petite voix qui nous guide en fonction de nos désirs et de notre ressenti.

      J'aime

    2. Bonjour Ya,

      Mon site est Sandmayer-brocante.com. Merci pour votre intérêt. La spiritualité et le développement personnel, ne sont pas le sujet principal de mon blog, mais il m’arrive d’en parler.

      Pour répondre à votre question, à mon sens , la clairvoyance relève d’avantage de bon sens, de perception, de logique par rapport à une suite d’événements bien réels qui vous laisse penser que… Par exemple :

      1 : Je me retrouve face à un individu qui dit des gros mots, qui exprime des valeurs, des idées qui ne correspondent pas du tout aux miennes, qui se tient mal à table, qui est impoli. —-> c’est ici mon côté clairvoyant qui me fera dire que cet individu ne pourra pas être un ami pour moi.

      2 : Même situation je me retrouve face à cet individu mais qui parle correctement, exprime les mêmes valeurs que moi ect…. donc irréprochable à tous points de vues mais avec qui cependant je ne me sens pas à l’aise du tout. Que quelque chose chez cette personne me dérange mais que  » visuellement  » je ne vois pas quoi, que je ressens au fond de moi que je dois rester à l’écart de cette personne… ici ‘est mon intuition.

      Je dirai donc que l’intuition est un ressenti intérieur. A mon humble avis, l’intuition et la clairvoyance n’ont pas de lien. Il y a le côté rationnel et irrationnel.

      J’espère vous avoir un peu éclairée sur le sujet ? 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s