Self-Love

Problèmes de fille

https://www.buzzfeed.com/annaborges/keep-bleeding-keep-keep-bleeding?utm_term=.cfrl33KgWE

Ce soir, j’ai yoga. Enfin, j’aurais dû avoir yoga. Mais, tout à l’heure, j’ai envoyé un texto aux copines en leur disant que je ne pouvais pas venir. « Problèmes de fille », ai-je ajouté en guise d’explication. C’était une façon rapide et relativement élégante de dire que j’ai mes règles et que là, tout de suite, maintenant, une séance de yoga bien tonique (notre prof ne nous épargne pas), n’est pas forcément une bonne idée.

Des « problèmes de fille », nous en avons toutes. J’ai la chance de ne pas faire partie de celles qui sont pliées en deux de douleur. J’ai la malchance d’appartenir au clan de celles qui font des hémorragies. Un jour par mois, je sais qu’il me sera extrêmement difficile de quitter mon domicile et que, si je n’ai vraiment pas le choix, je vais devoir prendre plein de précautions pour éviter les fuites – la honte suprême depuis que ça m’est arrivé dans un bus, à 13 ans, lors d’un voyage scolaire en Italie.

Pourtant, malgré cette hantise pour moi, ou la douleur pour d’autres, combien sommes-nous à faire comme si de rien n’était ? Combien sommes-nous à serrer les dents pour prétendre que tout va bien et que nous sommes parfaitement opérationnelles ? Il n’y a encore pas si longtemps, j’aurais considéré comme une marque de faiblesse le fait de renoncer à ce cours de yoga. Et j’y serai allée quand même pour prouver… pour prouver quoi, au juste ? Qu’on n’est pas faibles ? Qu’on peut mener une vie normale même quand on pisse le sang ? (Pardon pour les détails, mais ça m’arrive de devoir changer de tampon ou de remplir une cup en 5 mn. Comme vous pouvez l’imaginer, c’est légèrement galère.)

6878fc360a5b4877fa8f3e83dd812356

Cette question me prend la tête depuis pas mal de temps déjà. (26 ans environ.) (Je ne serai pas contre une ménopause précoce.) Je crois que si on ne veut surtout pas en parler, c’est qu’on ne veut surtout pas donner à un patron une raison supplémentaire de ne pas nous embaucher ou de ne pas augmenter nos salaires. Déjà qu’on risque de pondre des mômes, si en plus, on n’est pas opérationnelles un jour par mois, vous imaginez l’ambiance ?

Evidemment, moi, je suis free-lance, j’ai pas trop ce problème. Mais je sais qu’il existe, et c’est pour ça que je me tais et que je fais comme nous toutes, je serre les dents. Sauf qu’on ne fait, au final, que nier le problème. La solution, ce serait de pouvoir prendre une journée rien que pour cette raison-là, que ce soit admis et qu’on soit indemnisée, ou bien qu’on puisse travailler de chez nous à ce moment-là. Mais déjà qu’on paie nos rasoirs roses plus chers que des rasoirs bleus, m’est avis que c’est pas demain la veille qu’on va avoir un vrai débat là-dessus.

En attendant, j’ai décidé de faire l’impasse sur le yoga. Parce que je n’ai rien à prouver, et surtout pas à moi-même.

Illustrations : Anna Borges sur Buzzfeed.

11 commentaires sur “Problèmes de fille

  1. Chez nous, dans l’administration, on avait droit à un jour par mois « sans certificat »… Initialement, on m’a dit que c’était pour ce genre de problème. Mais c’est devenu un dû pour tout le monde (ça fait 12 jours de congés par an tout de même). Je ne citerai personne mais combien de fois ai-je entendu « ah, le 16, je prends mon sans CM… je vais en thalasso/réparer mon toit/glander avec des copines… » Du coup, ben, maintenant, on a droit à 2 jours par an sans certif et quand tu les prends tu sens bien que bon, c’est pas top… Perso, je fais également partie du clan des pisseuses de sang à tendance caillot(ique ^^). Un vrai régal 😉
    Bisous Isa ❤ Toujours heureuse de te lire ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Merci, je te retourne le compliment ❤
      Pour le reste, c'est vraiment dommage que des abus aient précipité la fin de ce système !
      #teamcaillot ! 😀 (Vaut mieux en rire, hein.)
      Bisous ❤

      J'aime

  2. J’ai fait partie de la team des pisseuses de sang à tendance caillotique. C’est réglé. Grâce à une gynéco qui m’a enfin écoutée (pas comme le *** qui me disait « mais madame, vu votre âge et le nombre de vos enfants, c’est normal, patientez jusqu’à la ménopause ») et envoyée chez un de ses confrères qui pratique la méthode Novasure. Et depuis, je revis !

    Aimé par 1 personne

  3. Je vois tout à fait ce que tu veux dire. Pour moi aussi ce sont les chutes du Niagara pendant deux – trois bons jours avec un moral au ras des pâquerettes et souvent une journée avec un mal de tête qui ne part pas.
    On ne trouve pas de solution parce que personne n’en parle. C’est encore un sujet très tabou. Encore plus face à un patron – quoique les femmes ne sont pas en reste non plus et peuvent parfois s’avérer pires.
    Pendant cette période j’essaie de lever le pied. Et je ne mets plus de pression.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui. Pas mal de filles sur le Net essaient de briser le tabou peu à peu, mais ça bouge vraiment lentement.
      C’est super si tu arrives à lever le pied et à ne plus te mettre la pression. Bon courage pour les chutes du Niagara et les migraines.

      J'aime

  4. C’est complètement fou tous tes derniers billets me touchent en plein dans le mille ! J’ai parfois l’impression que tu as une oreillette dans mon cerveau. J’ai lu ton billet mardi alors que les rouges venaient de débarquer. J’ai toujours été fort impactée mais ça évolue : des gigantesques crampes et douleurs dans le bas du dos dans ma jeunesse et maintenant maux de tête quelques jours avant +étrangement douleurs dans les jambes + je gonfle comme si j’était enceinte de 5 mois (glamour) + moral en berne et humeur de chien – puis les deux premiers jours j’ai l’impression d’avoir avalé trois somnifères, je dors debout et zéro énergie !
    Bref je me demande ce que les femmes ont fait pour mériter ça et en plus on se tape les remarques condescendantes sur « nos humeurs de bonne femme » – comme tu dis j’aimerais bien voir les hommes subir ça CHAQUE mois
    Bon top ton billet comme toujours…

    Aimé par 1 personne

    1. Très honnêtement, quand je lis les problèmes que rencontrent certaines de mes amies, je me dis que j’ai beaucoup de chance de n’avoir « que » des soucis d’hémorragie. Et oui, clairement, quand j’entends certains hommes se plaindre, je souris intérieurement (ou je grince des dents, selon mon humeur) en me demandant comment ils supporteraient les changements hormonaux, les douleurs, les sautes d’humeur et j’en passe. Clairement, au lieu de se rabaisser, on devrait se rappeler qu’en fait, on est des guerrières et on surmonte de sacrées difficultés TOUS LES MOIS comme tu le dis si bien !

      J'aime

  5. Bonjour, je reviens ici parce que je viens de tomber sur les oléocaps 5 à la parapharmacie, je ne connaissais pas du tout, mais à tester pour soulager un petit peu la douleur, peut-être ? (Je ne vends rien, hein, je suis une lectrice habituelle.)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s