Self-Love

Vieillir et s’aimer à tout âge

Old is beautiful too
(c) www.jadebeall.com

Je comprends la peur de vieillir. Comme tout le monde, je vois les chiffres qui défilent au compteur, de plus en plus rapidement me semble-t-il. Je guette dans le miroir des changements que je ne vois pas encore. J’en espère certains, je les trouve tellement belles ces femmes aux magnifiques cheveux d’argent ! Mais je sais aussi que cette couleur dont je rêve n’est pas toujours uniforme ni même jolie. Et puis, on n’a pas vraiment de cheveux blancs dans la famille, à moins que je prenne du côté de ma grand-mère paternelle. Alors je vais faire avec mes futurs cheveux blancs – ou pas blancs – ce que j’ai fait pour le reste de mon physique : je vais oublier mon désir de perfection, je ne vais pas perdre mon temps à courir après un idéal inaccessible et j’apprendrai à les aimer comme j’ai appris à aimer le reste de ma personne.

Et ça, voyez-vous, c’est que j’aime dans le fait de prendre de l’âge. La maturité. Cette qualité qui nous aide à prendre du recul et qui nous permet d’accueillir les aléas de la vie avec humour. Grâce à elle, je suis capable de prendre mes expériences douloureuses et d’en tirer du positif. Je distingue plus facilement la voix de mon intuition au milieu de mes peurs et de mes doutes. Et je sais mieux faire le tri dans mes désirs, entre ce qui compte vraiment pour moi et ce qui n’a finalement que peu d’importance.

Je vois donc le fait de vieillir comme une opportunité de cultiver le lâcher-prise, la sagesse et la sérénité. Mais je ne suis pas immunisée contre la peur : celle de souffrir physiquement, bien sûr, mais aussi de ne pas aimer ce que je vais découvrir dans le miroir. En ce qui concerne la souffrance physique, honnêtement, je n’y pense pas trop. J’essaie de m’entretenir du mieux que je peux et je laisse la nature faire le reste. Pour ce qui est de mon apparence, c’est un conflit intérieur que je connais bien et dont je maîtrise les règles. Je sais que pour apprivoiser ce physique en constante évolution, il me faut changer mon regard. Apprendre à ne pas mettre de jugement sur ce que je vois et oublier toutes ces publicités avec lesquelles on nous bombarde dès l’enfance et qui mettent sur un piédestal la jeunesse, la minceur et la fermeté des chairs.

Old is beautiful too
(c) www.jadebeall.com

Heureusement, nous vivons dans une société en constante évolution où de nombreuses voix s’élèvent pour démystifier le fait de vieillir et nous en montrer la beauté. Pour tous ces tristes sires qui voudraient nous faire croire que seul un corps de 25 ans est beau, il y aura toujours une Garance Doré pour rappeler que le seul regard qui compte, c’est celui que l’on porte sur soi-même. Et il y aura toujours une photographe comme Jade Beall, dont les superbes portraits illustrent cet article, pour montrer la beauté des corps et des sentiments à chaque étape de la vie.

A toutes ces personnes qui nous invitent à changer de regard sur la vieillesse et qui nous aident à lutter contre les peurs et les préjugés, je tiens à dire merci. Merci de m’encourager à m’aimer et à m’accepter toujours plus.

Et je ne sais pas pour vous, mais je compte bien cultiver jusqu’au bout la curiosité, la bienveillance et l’humour. Et j’entends profiter jusqu’à la dernière seconde de ce corps qui aura pris bien des coups, certes, mais qui m’aura procuré aussi tellement de joie et de plaisir et qui aura été, surtout, mon plus fidèle compagnon de route.

Photos utilisées avec l’aimable autorisation de l’artiste, un grand merci à elle !

12 commentaires sur “Vieillir et s’aimer à tout âge

  1. Bravo pour cet article ! Cela fait longtemps que je veux écrire sur mon blog à ce sujet mais je n’arrive toujours pas à trouver les bons mots, car me concernant, contrairement à toi, je vis très mal le fait de vieillir.
    Je t’embrasse très fort et j’espère un jour avoir le même état d’esprit que toi sur ce sujet.

    Aimé par 1 personne

    1. Peut-être que les « bons mots » n’existent pas et que tu as juste besoin d’écrire ce que tu ressens, quitte à ne pas publier l’article si tu le juges trop intime ?
      Je te souhaite en tout cas d’arriver à faire la paix avec ça et je t’embrasse très fort moi aussi !

      J'aime

  2. Quel magnifique article Isa, et les photos sont superbes. Pour ma part j’apprécie le lâcher-prise et le détachement dans le fait de vieillir toutefois la vieillesse a plutôt tendance à me terrifier. Sauf qu’il y a peu je suis tombée sur une réflexion pertinente dans un roman. Çà disait en gros qu’il fallait savourer cette chance de vieillir, car tout le monde ne l’a pas. Çà m’a fait un déclic….bises Isa !

    Aimé par 2 personnes

  3. Autant l’approche, puis le passage de la quarantaine ne m’avait pas perturbée, autant la cinquantaine qui se profile me perturbe. Non pas que j’aie « peur » de vieillir, c’est inéluctable et si je regarde mes parents et mes grands-parents, on vieillit plutôt « bien » (pas de cancer, de Parkinson, d’Alzheimer…). Là j’ai du mal avec les changements physique que je sens (coucou les hormones qui commencent à faire un peu n’importe quoi) ou que je vois (les cheveux blancs se sont invités en plus grand nombre, j’aurais tendance à penser que les évènements difficiles de l’été dernier y sont pour quelque chose). Je sais qu’il va falloir que je réinvente ma façon de vivre ma féminité et j’avoue que ce n’est pas évident.

    Pour le reste, je suis d’accord avec toi, je me sens acquérir une certaine forme de sagesse tout en laissant s’exprimer librement mon grain de folie 😉

    Les photos sont magnifiques. C’est sans doute une solution pour aller vers plus d’acceptation de soi.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est fou, quand je lis « je sais qu’il va falloir que je réinvente ma façon de vivre ma féminité », je me dis que c’est précisément ce qui me plaît dans le fait de vieillir, j’adore me réinventer ! Je ne sais pas si, comme moi, tu es d’une nature plutôt curieuse (dans le bon sens du terme), mais c’est justement la qualité que j’essaie de cultiver, la curiosité vis-à-vis de cette nouvelle étape, à quoi ça va ressembler, ce que je vais pouvoir en faire…

      Pour ce qui est du grain de folie, je crois qu’il s’exprime encore plus librement avec l’âge, on a moins peur du regard des autres ou, surtout, on s’en fiche 😀 Prendre de l’âge, ça a un côté libérateur, je crois !

      Et oui, je pense que ces photos sont très utiles pour aider à s’accepter.

      Je t’embrasse ❤

      Aimé par 1 personne

  4. Comme Axelle, l’approche de la cinquantaine me turlupine. Je commence à voir des choses dans le miroir, à sentir des choses qui me perturbent parfois un peu, parfois beaucoup. Mais je reste optimiste et cool. Je fais ce que je peux. Je sais qu’un jour je ferai un petit quelque chose pour cette grosse ride entre mes sourcils. Et pour le reste je verrai bien, je prends de plus en plus soin de moi et on voit de plus en plus de femmes de tous âges qui ne sont pas dans les canons imposés et qui sont séduisantes, intéressantes, rayonnantes. J’ai acheté sur un coup de tête le dernier livre de Perla Servan Schreiber (75 ans) : c’est un petit livre rassurant, éclairant, joyeux. Car oui l’âge reste quand même un grand privilège et finalement un grand bonheur tant que la maladie ne frappe pas trop violemment….

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, je pense que le rayonnement n’est pas lié à l’âge ou au physique mais au fait de prendre soin de soi et, du coup, de se sentir bien dans sa peau. Ça fait plusieurs fois que j’entends parler du livre de Perla Servan Schreiber, je crois que je vais me l’offrir. Merci comme toujours pour tes commentaires empreints de douceur, ça me fait du bien de te lire ❤

      J'aime

  5. Je trouve qu’il y a de la beauté à tout âge… dans les rides, je vois la maturité et l’expérience. Je me sens plus jolie à 42 ans qu’à 20. J’ai pris de l’assurance, je sais mieux ce que je veux. Ce qui m’effraye dans la vieillesse, c’est de voir mes parents prendre une pente inéluctable… j’avoue que, pour l’instant, seul ce point me perturbe…
    Gros bisous Isa ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Je te comprends parfaitement, j’ai du mal moi aussi à ne pas angoisser quand je vois le temps qui passe, même si mon père et sa compagne sont en grande forme. Là aussi j’essaie de lâcher-prise et de profiter au maximum de leur présence.
      Gros bisous ❤

      J'aime

Répondre à Roseleen Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s