Gratitude

2020, une année magique

Meilleurs voeux bonne année Happy New Year Holiday Card Gratitude Journal

C’est la première nuit de l’année. Le ciel est dégagé et les étoiles nous font des clins d’œil. Il fait froid, mais pas trop. Nos corps sont au chaud dans nos manteaux et nos cœurs sont emmitouflés dans tout l’amour reçu ces dix derniers jours. Mes enfants ont sur la tête les bandeaux tricotés pour eux par notre amie Maria ; nous avançons, mon amoureux et moi, le pas léger et le regard pétillant, portés par les bulles que nous venons de partager avec nos ami-e-s Johan et Julie. Je me sens profondément heureuse et reconnaissante. J’écoute Typhaine me parler de son livre préféré du moment, tandis que mon chéri et Kelian, devant nous, sont plongés dans leur propre conversation. Nos voix résonnent un peu fort dans le silence feutré de l’hiver, car les pétards se sont tus et les maisons alentour semblent déjà endormies. Je m’en étonne d’ailleurs. Deux heures du matin, une nuit de Nouvel An, j’aurais cru qu’il y aurait plus de monde et plus de bruit. Mais je savoure ce calme. De temps en temps, je penche la tête en arrière pour apercevoir les étoiles entre les lampadaires. Me promener la nuit est un de mes plus grands plaisirs, et c’est encore plus vrai lorsque je le partage avec les trois personnes que j’aime le plus au monde.

Un raccourci nous amène au bord d’un champ. Derrière nous, les lumières du quartier que nous venons de traverser. Devant nous, en contrebas, celles de la ville au fond du val, notre destination. Entre les deux, cent mètres de nature dépourvus de pollution lumineuse. Et, au bord du chemin qui permet de traverser le champ, des bancs. Nous nous serrons tous les quatre sur l’un d’eux pour contempler l’océan d’étoiles au-dessus de nos têtes. On désigne la Grande Ourse aux enfants, et je me dis, comme souvent ces dernières années, que j’aimerais pouvoir identifier d’autres constellations. En même temps, j’aime l’idée que la carte du ciel garde ses mystères. Une partie de moi n’a pas envie, dans le fond, de nommer les étoiles et de trouver des repères. Sous la voûte céleste, je me sens à ma place, une enfant de l’Univers, je n’ai plus besoin de réfléchir, je peux me contenter d’être.

J’ai conscience de vivre, depuis le début de notre balade, un moment de grâce qui va m’accompagner longtemps. Mais quand, du coin de l’œil, nous apercevons, mon chéri et moi, la même étoile filante, je sens mon cœur s’ouvrir et s’épanouir encore plus. Je nourrissais déjà de grands espoirs pour 2020, mais je ne m’attendais pas à ce que cette nouvelle année m’offre des moments aussi magiques dès ses premières heures. Nous repartons le sourire aux lèvres en faisant crisser sous nos pas l’herbe ourlée de givre. Nous retrouvons les lumières des hommes, mais nous n’abandonnons pas les étoiles pour autant, car celles qui brillent au fond de la vallée ont beau être artificielles, elles n’en dessinent pas moins de jolies constellations qui me donnent le sentiment d’être suspendue entre ciel et terre. Encore une fois, l’instant me paraît magique.

Trois jours se sont écoulés depuis, mais l’émerveillement et la gratitude ne m’ont pas quittée. Bien sûr, je sais que ces deux émotions risquent de s’estomper quand le quotidien va reprendre ses droits. J’ai de grands projets pour cette année, qui vont nécessiter beaucoup d’énergie et de confiance. Mais quand le doute menacera de s’installer, je viendrai relire ce texte, pour me rappeler que 2020 a démarré sous les meilleurs auspices et qu’il ne tient qu’à moi de prolonger la magie de ses premiers instants.

Je vous souhaite, à tous et à toutes, une année formidable, lumineuse et pleine d’espoir !

Et je remercie ma belle-maman pour ce très beau portrait de nous quatre ❤

17 commentaires sur “2020, une année magique

  1. « Je te souhaite la sérénité d’esprit, la foi en soi, et tout ce qui fait qu’on est content de soi. Je te souhaite l’ébranchage de toutes les épines de la vie et des allées sablées à marcher, bordées de fleurs, avec des bruits de ruisseau, des roucoulements de colombes dans les branches et de grands vols d’aigles dans les nuages… » (Flaubert) Bonne année Isabelle ! Oui, cette neige te réchauffera le cœur « in times of need », mais qu’ils soient au minimum syndical! Je me réjouis à l’avance de te lire en 2020, c’est toujours un petit bonheur à mettre dans sa musette !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s