Gratitude

2009-2019

Looking back at the past decade

2009 

J’ai 29 ans. Avec celui qui est aujourd’hui mon ex-mari, nous achetons une très jolie maison dans le Nord de la France, où nous vivons à l’époque avec nos deux enfants de 4 et 2 ans. Ce grand projet qui occupe une bonne partie de notre année ne suffit pas à apaiser les tensions entre nous, bien au contraire, il les exacerbe. En revanche, sur le plan professionnel, tout va bien.

2010

C’est l’année de mes 30 ans. Je les fête à Paris en compagnie d’un couple d’amis que j’adore. Alors que je ne leur avais rien dit, ils se souviennent que c’est mon anniversaire, m’accueillent avec une bouteille de champagne et me font passer un des meilleurs week-ends de l’année.

Mon beau-père décède en octobre après dix mois de longues souffrances. Mon couple traverse une crise majeure, je suis à deux doigts de jeter l’éponge. Dans le train qui me ramène des funérailles d’une amie à peine plus vieille que moi, je lis Eat, Pray, Love et je pleure toutes les larmes de mon corps en m’interrogeant sur mon avenir.

Heureusement, je peux compter sur le soutien de ma voisine australienne. Comme nos filles sont dans la même classe et qu’on habite à deux pas l’une de l’autre, on se voit presque tous les jours. On boit du thé et on papote en anglais pendant que les enfants s’amusent et on visite ensemble quelques-uns des meilleurs restaurants et bars à vin de Lille. Même si notre relation n’a pas survécu à l’éloignement, j’en garde un souvenir ému.

2011

Mon ex-mari se retrouve au chômage. Pour redonner une chance à notre famille et retrouver un second souffle, nous décidons de déménager en Bretagne, près de mes parents. Clin d’œil du destin, nous passons nos vacances en Provence et visitons Avignon sans nous douter que, dans quelques années, nous viendrons y poser nos valises…

Sur le plan personnel, j’ouvre en décembre un blog qui va me permettre de partager ma passion pour la mode et, surtout, de renouer avec l’écriture. Au Fil d’Isa est né, et c’est le début d’une belle aventure qui me permet de rencontrer des personnes formidables.

Sur le plan professionnel, je commence à travailler pour un nouvel éditeur qui publie des beaux livres, une collaboration qui relance mon intérêt et mon enthousiasme pour mon métier.

2012

Une hernie discale m’handicape une bonne partie de l’année et me fait découvrir le sens du mot « douleur » jusqu’à ce que des séances d’acupuncture me remettent sur pied.

Nous découvrons l’Irlande en famille, et ce voyage nous fait un bien fou. Nous revenons plus soudés que jamais, et j’ai l’impression que nos problèmes de couple sont désormais derrière nous.

J’accompagne ma mère au quotidien pendant ses deux derniers mois de vie. Sa mort est un cataclysme qui me fait prendre conscience que je ne peux plus me contenter de survivre comme je l’ai fait jusqu’à présent. Je veux vivre, et vivre bien. C’est le début d’un long cheminement personnel qui va m’amener à plus de sérénité, de gratitude et de bien-être.

2013

Je me jette à l’eau et commence à diminuer le nombre de traductions que je faisais pour mon éditeur historique afin de me consacrer davantage aux beaux livres.

Deuxième voyage en Irlande, on en prend encore une fois plein les yeux et le cœur.

En décembre, alors qu’on s’apprête à fêter nos dix ans de mariage, nouveau coup de tonnerre. Mon ex-mari, qui travaillait à domicile depuis notre arrivée en Bretagne, est licencié par son partenaire et ami pour raisons économiques.

2014

Je me plonge dans la pensée positive pour mieux affronter l’incertitude qui pèse sur notre avenir. J’ouvre mon compte Instagram pour documenter en images mes petits bonheurs du quotidien. Je commence la méditation et je découvre la pleine conscience.

Fin août, je lâche prise. Après huit mois de recherches infructueuses, j’admets que mon ex-mari aura du mal à trouver du travail en Bretagne et j’accepte qu’il cherche ailleurs. Moins de deux semaines plus tard, il passe un entretien pour un poste à Rouen. Finalement, c’est en Avignon qu’il décroche un nouvel emploi. Il quitte la Bretagne début novembre. On ne le sait pas encore, mais c’est le début de la fin.

2015

En février, nous passons les vacances scolaires en Provence en famille. Il fait un temps magnifique, on nous prête une maison splendide, je commence à me faire à l’idée de quitter la Bretagne.

On déménage pour de bon début juin. Dans la foulée, je m’inscris à l’auto-école, j’obtiens mon code et je commence les cours de conduite. Je rate une première fois le permis début décembre.

Je me rends compte que le fossé qui s’est creusé entre mon ex-mari et moi ne se comblera pas. Je suis malheureuse mais j’ai la chance d’avoir fait à mon arrivée en Avignon de belles rencontres amicales qui me permettent de garder la tête hors de l’eau.

2016

Je me sépare de mon ex-mari, trouve une jolie petite maison et explique ma situation à mon éditrice principale qui se montre compréhensive et m’aide à assurer mes arrières en me donnant plein de travail cette année-là.

Je rencontre mon chéri, et notre attirance est si forte, notre complicité si évidente, qu’il n’y a de place ni pour la peur ni pour la méfiance, malgré les douloureuses expériences que nous venons de vivre chacun de notre côté.

Très vite, je le présente aux enfants, qui l’adoptent aussitôt, et il m’emmène dans sa famille, qui m’accueille à bras ouverts. La vie est belle.

2017

Je réalise un rêve d’enfant en partant en Inde avec mon amie Lucile. Ce voyage est une révélation. Moi qui aime tout planifier parce que ça me rassure, j’accepte de me laisser porter au gré de nos rencontres, ce qui va nous permettre de découvrir des endroits et des gens formidables. Une vraie leçon de vie !

Je décroche mon permis et j’achète ma première voiture. A moi la liberté et, surtout, l’autonomie !

Mon travail donne des signes d’essoufflement. Je réalise malgré tout une belle année sur le plan professionnel, mais l’inquiétude me gagne.

Mon chéri vient s’installer avec moi et les enfants dans la jolie petite maison. On pousse un peu les murs, mais on se sent drôlement bien chez nous !

2018

Mon chéri et moi nous offrons un road-trip en Belgique et aux Pays-Bas. Des canaux de Bruges à ceux d’Amsterdam, nous en prenons plein les yeux et le cœur. Ce voyage ne fait que confirmer mon amour pour les villes du Nord !

Au début de l’automne, nous quittons la jolie petite maison au milieu du village pour nous installer dans une maison encore plus jolie et surtout plus grande où les enfants ont (enfin) chacun leur chambre. On respire et, surtout, on s’émerveille tous les jours de notre nouvel environnement.

Cependant, mes craintes se confirment, la crise du livre rattrape les éditeurs avec qui je travaille et je passe sept mois au chômage technique. Je plonge dans une angoisse abyssale. La situation n’a qu’un seul mérite : moi qui hésitais depuis plusieurs années à changer de métier, je me rends compte que j’aime la traduction et que j’aimerais bien continuer à faire ce pour quoi je suis plutôt douée, apparemment.

Histoire de clôturer cette année compliquée sur une note positive, mon chéri et moi passons un cap supplémentaire : nous nous pacsons juste avant Noël !

2019

J’ai démarché d’innombrables éditeurs, mais ironie du sort, ce sont mes collaborateurs historiques qui vont me sortir d’affaire. Je travaille d’arrache-pied, sept jours sur sept, pendant des mois, mais ça me permet de réaliser une très belle année et de me refaire une santé financière. Quel soulagement !

En plus, je reçois des compliments pour deux traductions qui me tenaient à cœur, ce qui ne fait que renforcer mon envie de garder mon métier. (Cher Univers, si tu pouvais m’envoyer d’autres petits bijoux comme ces deux romans, je t’en serais très reconnaissante, merci, bisous.)

Je commence à pratiquer le yoga presque tous les jours.

Sur le plan personnel, je constate que les enfants ont quelques difficultés à l’école et décide de les récupérer à la maison tous les soirs pour les aider à faire leurs devoirs. La semaine où ils sont chez leur père, je les ramène chez lui vers 20h, au moment où il rentre du travail. C’est sans doute la meilleure décision que j’ai prise depuis longtemps : non seulement leurs notes s’en ressentent, mais surtout ça nous permet de retrouver une unité et une stabilité qu’on avait perdues à cause de la garde alternée.

Nous clôturons l’année, et la décennie, par des vacances dans la famille de mon chéri et nous commençons 2020 tous les quatre dans un champ d’étoiles, plus unis et plus soudés que jamais.

Et vous, c’était comment, ces dix dernières années ?

18 commentaires sur “2009-2019

    1. Coucou ma belle, oui, je suis heureuse de cette évolution et de la phase dans laquelle je suis actuellement. J’espère qu’il en est de même pour toi et que tu vas bien ? Je t’embrasse !

      J'aime

    1. M’en parle pas, je trouve que ces dix années sont passées en un clin d’œil ou presque, c’est quand je regarde les enfants que je me dis que dix ans, ce n’est pas rien dans une vie ! Je serai ravie de lire ton bilan si tu as envie de le partager. En attendant, je t’envoie plein de bisous !

      Aimé par 1 personne

  1. Ouah, que de choses en 10 ans !
    Quand j’y réfléchis, je me dis qu’il s’est passé pas mal de choses dans ma vie aussi…
    Nous sommes rentrée en métropole après 2ans de vie en Guyane, nous avons vécu en région parisienne puis sommes enfin rentrés en Bretagne où nous avons acheté une maison, j’ai repris mon travail de prof et même s’il y a des hauts et des bas, ça me plaît, les enfants ont bien grandi et les problèmes de mon fils sont enfin loin derrière (merci à tous les professionnels, orthophonistes, psychomotriciens, ergothérapeutes, kiné, mais aussi à deux instits en particulier…).
    Nous avons fait un voyage en Irlande (je ne m’en suis pas remise et je rêve d’aller m’y installer ou au moins d’avoir un pied à terre), un autre en Ecosse et nous préparons le second en Irlande pour l’été…
    Bref, on ne s’est pas ennuyé !

    Aimé par 1 personne

    1. Tu m’étonnes ! Je suis ravie que tu te plaises dans ton métier, c’est tellement important. Et je me réjouis pour ton fils, tu dois être tellement soulagée ! Quant à ton projet d’Irlande, tu sais certainement à quel point ça me parle 😉 Je te souhaite de le réaliser rapidement et d’en profiter à fond ! Bisous ❤

      J'aime

  2. Hier au musée de Cluny j’ai vu une expo sur la broderie au Moyen Âge. Ces gentes dames et ces Anges, “en enlevure”, en relief, sur du velours souvent grenat, c’est nous. On brode, au petit bonheur la chance, on ne choisit pas toujours le fil ( Il est parfois d’or ou d’argent) ni le point, on se pique parfois à l’aiguille, mais quand il nous arrive de jeter un coup d’œil à notre ouvrage, on s’aperçoit que, somme toute, nous sommes de bons ouvriers!

    Aimé par 1 personne

    1. Comme j’adore broder, je peux te dire que cette image me plaît et me parle énormément, merci pour ce commentaire empreint de poésie, merci pour tes mots qui sont toujours aussi agréables à lire ❤

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s