Les petits bonheurs

Les petits bonheurs de 2020 #2

3d70b50c5959d496047e44b8ccb256ae

Lundi, mon chéri et moi prolongeons encore un peu la magie des vacances en allant passer la fin de l’après-midi en Avignon. On admire une dernière fois les lumières de Noël, on achète quelques vinyles (notre nouvelle passion depuis que notre copain Romain nous a offert une vieille platine) et on prend un verre dans notre bar préféré, The Pipeline, en attendant de récupérer les sushis commandés au Sushi Shop. Puis nous rentrons à la maison et nous passons la soirée devant la cheminée à écouter Fleetwood Mac, Nirvana et Faith No More. Demain, il faudra reprendre le travail pour de bon, et ce n’est pas une mauvaise chose. Mais profitons encore un peu de notre bulle de douceur avant que le quotidien reprenne ses droits.

Mardi, il est temps de mettre en pratique mes nouvelles intentions pour 2020. Après avoir déposé mon chéri à la gare, je file bosser en Avignon. Je passe la fin de la matinée dans le décor graou du French Coffee Shop, puis je vais déjeuner à la Cantine du Nid, la meilleure adresse healthy de la ville. Résultat des courses, à 14h30, j’ai bouclé ma journée de travail et j’ai même failli voir Lio. Finalement, le timing est trop serré, ce sera pour une prochaine fois ! Je passe une chouette fin d’après-midi avec mes loulous et je me régale à la première séance de sophrologie de l’année. Je conclus cette excellente journée de reprise par deux épisodes de The Marvelous Mrs. Maisel saison 3. (C’est moi, ou la série est complètement barrée cette année ? On frôle le too-much mais, heureusement, je continue à rire de bon cœur – et à baver d’envie devant les tenues de Midge !)

Mercredi, il fait si beau que je peux étendre la lessive dehors. Je récupère les enfants au collège à 11 heures et on passe une bonne partie de la journée ensemble ❤ Même si, de l’avis général, le nouveau challenge yoga d’Adriene est ennuyeux et répétitif, je m’accroche, comme les camarades avec qui je discute sur Facebook, et je suis très fière d’arriver au bout d’une séance qui mobilise particulièrement les abdos. Du coup, j’ai bien mérité un nouvel épisode de Mrs Maisel ! La journée se termine en beauté avec le coup de téléphone de mon chéri. Je nous sens remarquablement proches malgré la distance (il est à Châteauroux pour le début de la tournée Âge Tendre) et je savoure cette complicité !

Jeudi, je publie un bilan de la décennie qui vient de s’achever. Je n’étais pas sûre d’avoir envie de l’écrire mais, à ma grande surprise, ça m’a fait beaucoup de bien. Il fait toujours aussi beau et je vais chercher les enfants à pied, mettant sans le savoir la première pierre à l’édifice du « Walk 20 in ’20 ». (Je vous explique le principe un peu plus loin.) Je reçois une surprise dans ma boîte aux lettres. Merci ma chère Zenopia pour ces cadeaux qui me réchauffent le cœur 😉 Enfin, je regarde un nouvel épisode de Mrs Maisel et je passe la soirée à écrire dans mon BuJo et à organiser mes fournitures de papeterie, avant d’aller me coucher après un dernier appel à mon chéri ❤

AJMA Isa Pernot Gratitude Journal January 9 2020.jpg

Vendredi, je profite de la maison vide pour installer mon tapis en plein soleil et enchaîner yoga et méditation, ce qui me fait un bien fou. Typhaine vient passer le week-end avec moi ; pour fêter ça, je nous achète une galette des rois, en pensant aussi à son frère car la galette s’accompagne d’une très jolie couronne sur laquelle il y a un panda. Le hasard faisant bien les choses, il se trouve que la fève est un panda aussi ! De quoi consoler un peu mon loulou quand il trouvera les deux objets sur son bureau à son retour, car il a passé une radio de contrôle pour son poignet, et même si l’os se consolide bien, ce n’est pas terminé, donc il a droit à deux semaines d’immobilisation supplémentaire. Ma demoiselle est crevée et va se coucher de bonne heure ; de mon côté, je cuisine une partie des légumes que j’ai reçus ce matin. Ce week-end, ce sera soupe de butternut, carottes et céleri branche, et nous aurons aussi des poireaux vinaigrette. Une fois de plus, je m’endors avec le sourire après avoir passé une demi-heure au téléphone avec mon amoureux ❤

Samedi, journée tranquille avec ma demoiselle qui m’accompagne volontiers pour une promenade au soleil. La veille, je suis tombée sur ce post de Gretchen Rubin qui explique les bienfaits d’une marche de 20 minutes. Voilà qui me déculpabilise, moi qui n’arrive que très rarement à atteindre les fameux 10000 pas quotidiens. Je rejoins donc le mouvement, bien décidée à poster régulièrement des photos avec le hashtag #walk20in20 ! Quand nous rentrons à la maison, Typhaine remarque qu’un sac est accroché au portail. À l’intérieur, nous découvrons deux salades vertes. Pensant qu’il s’agit d’un cadeau des voisins d’en face, nous en profitons pour aller leur souhaiter la bonne année et nous passons une heure très agréable en leur compagnie. Maintenant, il faudra refaire la même chose avec les voisins de derrière, car en réalité ce sont eux qui ont un potager ! Pour clôturer cette belle journée, je dresse la liste de mes 20 intentions pour 2020 (je les partagerai ici dès que j’aurai finalisé le collage qui les accompagne) et je bosse pendant que ma demoiselle dessine ❤

Dimanche,  je poursuis le rangement de la maison entamé hier. J’ai commencé par m’attaquer à mon étagère de thés, afin de pouvoir ranger les tisanes reçues hier matin. Aujourd’hui, c’est au tour du meuble télé et du « coin à bordel » près de la cheminée. Résultat, je libère de la place pour de nouveaux vinyles et j’en profite, dans la foulée, pour ranger le meuble où je garde tous mes carnets et mes articles de papeterie. Contente de moi je suis ! En fin d’après-midi, nous partons voir La Reine des Neiges 2, Typhaine et moi, et ressortons du cinéma enchantées, à tel point qu’on mange en écoutant la BO en anglais puis en français. (Quand on aime, on ne compte pas !) Puis je mets la touche finale à cet article et je ne vais pas tarder à aller me coucher, car j’ai hâte de retrouver mon chéri demain !

Et vous, c’était comment cette semaine ?

9 commentaires sur “Les petits bonheurs de 2020 #2

  1. Dimanche : Je prends l’Eurostar pour Paris. Cela fait 4 mois que je n’ai pas mis les pieds en France et cela me manque. Ce qui me manque c’est Paris et son histoire dans laquelle je suis plongée par livres interposés quotidiennement et tous ces films dont nous sommes privés en Angleterre! Tout se passe sans anicroche et un bus inespéré me dépose à deux pas de mon hôtel. Le temps d’y laisser ma valise et je file aux Archives Nationales voir une expo sur les cartes anciennes. Puis je descends la rue des Francs-Bourgeois et j’arrive place des Vosges. Devant le numéro 11 je retrouve, sur un pilier, le graffiti laissé par l’écrivain Rétif de la Bretonne en 1764. Moment de joie intense! Comment retraverser la Seine? Je flâne, passe devant chez madame de Sévigné et ses cousins Coulanges, à chaque coin de rue mes souvenirs de lectures se ravivent. Je traverse l’hôtel de Sully, et tombe sur un bus qui me ramène à bon port. Un sandwich plus tard je suis devant un navet, Les Vétos… mais je me dis que c’est marrant d’être un dimanche soir à Paris dans un cinoche. Et j’ai battu mon record niveau nombre de pas… car moi aussi j’ai décidé de marcher plus !

    Lundi: je marche jusqu’au BHV m’acheter un carnet et d’autres jolies choses au rayon papeterie. Ce genre de carnet existe à Londres mais dans des couleurs déprimantes. J’en trouve un magnifique que je serre sur mon cœur. Sans jeter un regard aux autres marchandises du bazar, je file au musée de l’Orangerie pour l’expo Félix Fénéon. Bon, soyons honnête, heureusement qu’un bus m’aide à faire la moitié du chemin. On est serrés comme des sardines. J’arrive à m’extirper de cette masse humaine, et j’entre dans le jardin des Tuileries. Il fait beau. Je m’allonge sur une chaise longue, face au soleil. J’ai l’impression d’être aspirée par des sables mouvants. Je me sens bien sur cette chaise en fer, apaisée. Une vraie sensation de bien-être. L’expo est sympa mais je pense soudain que j’en ai un peu soupé des expos. Je me retrouve dans un café rue Galande en face d’un petit cinéma où je vois Hors Normes, chouette film. Je pense à ma nouvelle marotte, Rétif, qui n’aurait pu s’imaginer que dans ce quartier où il vivait, une minuscule place porterait un jour son nom! J’ai encore battu mon record niveau pas… Zatopec n’a qu’à bien se tenir!

    Mardi: j’en ai marre de battre des records, alors je m’achète un bouquin – Les dieux ont soif d’Anatole France sur la Terreur – moi aussi donc je m’installe au café de l’Institut Finlandais dont la sobriété me rappelle certains cafés cocons de Tokyo, beaux et calmes. J’aime l’atmosphère douce, studieuse et intime qui y règne, son exquis chocolat chaud et son personnel poli et souriant. Je vais voir deux films: un chinois totalement déjanté (La fiancée aux Cheveux blancs) et Gloria Mundi de Robert Guediguian au Nouvel Odeon. J’aime ce cinéma et enfin un film avec des acteurs qui jouent vraiment. Ça fait du bien!

    Mercredi: Adieu les records! Rétif, cher arpenteur de Paris, je suis devenue totalement rétive à la marche! Le démon de la lecture m’a pris. Le café Coutume m’a envoûtée. Il est zen. J’ai envie d’écrire. J’ouvre mon carnet et soudain j’ai une illumination quant à mon travail de recherche. C’est dingue, je tournais autour du pot et là je vois exactement ce que je dois faire! Je mets le nez dehors pour trois films: Séjour dans les monts Fuchun, une merveille, Seules les bêtes, un bijou, et le soir Notre-Dame, un navet. Il en faut bien un pour mieux faire apprécier les autres films… mais comment font-ils pour avoir du financement? J’ai retrouvé brièvement une amie qui n’aime pas le café Coutume et me vante les cafés traditionnels. Elle me fait carrément un cours sur ces derniers . Elle m’exaspère. Je suis un peu triste en mesurant tout ce qui nous sépare désormais.

    Jeudi: Grève générale des records de marche à pied. Je vais du Coutume au musée de Cluny. C’est juste en face. Expo sur la broderie. J’en profite pour acheter les cartes représentant les mois tirés des Heures du Duc de Berry. Je vais voir Les enfants du temps, un animé japonais très beau et je me retrouve dans les rues de Tokyo. Une petite pointe de nostalgie. Je sors de la salle et j’ai 5 minutes pour voir Le lac aux oies sauvages à côté, un film chinois très prenant. Je me jure d’aller manger des dim sums dès mon retour à Londres. Dernier soir à Paris. Je suis rentrée dans l’église de Saint-Germain-des-Prés. J’allume toujours une bougie devant la statue de Saint-Antoine.

    Vendredi: Je sens l’angoisse monter car aucun bus pour la Gare du Nord. Et j’ai envie d’être chez moi. Je change mon billet de train, saute dans un RER inattendu et je suis chez moi 7h avant l’heure prévue. Je me sens vraiment heureuse d’être de retour dans mes pénates. Je retrouve ma petite table de travail, mes bouquins, mes carnets, mes stylos… je rattrape les podcasts et les séries télé. Je ne sais plus où j’ai caché une carte de crédit et je prie Saint-Antoine de m’aider en rappelant gentiment à son souvenir la bougie qui doit encore brûler à ses pieds. Je retrouve la carte.

    Samedi et dimanche : J’ai l’impression d’être partie 105 ans. D’avoir voyagé plus loin que Paris. Je vois tout avec des yeux neufs. Certains souvenirs se mettent à surnager. Je sens la nécessité de la marche et je me promets que plus jamais je ne dirai, en regardant le nombre impressionnants de mes pas sur l’appli de mon téléphone : « une fois n’est pas coutume » !

    Aimé par 1 personne

    1. Je crois que les meilleurs voyages sont ceux où, après avoir bien profité de cette expérience, on est heureux de rentrer chez soi.

      Pour ce qui est de la marche, et de toute activité sportive en général, je me dis qu’il faut aussi savoir écouter son corps. La vérité d’un jour n’est pas forcément celle du lendemain, d’où la difficulté de tenir des résolutions. Oui, la discipline, c’est important, et il faut parfois se mettre des coups de pied aux fesses. Mais à d’autres moments, le corps a réellement besoin de repos. Toute la difficulté consiste à identifier ces moments-là. (J’y travaille !)

      J’aime beaucoup ton anecdote à propos de Saint-Antoine,d ‘autant plus que c’est le prénom de mon compagnon !

      Je te souhaite une belle semaine 🙂

      J'aime

  2. Moi aussi j’adore travailler dans les cafés : tu me donnes des idées pour ma boussole 2020….
    J’ai imprimé la feuille de route de Gretchen Rubin que je tourne un peu à ma sauce, j’expliquerai peut-être dans un billet.
    Allez je te souhaite une belle semaine et de beaux moments avec tes amours.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s