Les petits bonheurs

Les petits bonheurs 2020 #12

3e0490238b38c3d2a4c29a1fa6db5b6c
@morganharpernichols

Cette semaine, j’ai :

  • aimé m’endormir tous les soirs blottie contre mon amoureux. Et croyez-moi, en ces temps de confinement, je mesure ma chance et je pense, le cœur serré, aux personnes qui sont seules et ne le vivent pas bien et aux personnes qui sont enfermées avec des gens violents. Le slogan de la semaine : « Il est déconseillé de sortir, il n’est pas interdit de fuir. »
  • récupéré mes enfants lundi dernier, pour mon plus grand bonheur. (La fatigue est à la hauteur du bonheur, mais tous les parents du monde sont logés à la même enseigne, d’ailleurs je pense fort à ceux qui doivent occuper et canaliser l’énergie des plus jeunes <3)
  • préparé de bons petits plats et je suis fière d’avoir réussi à nourrir mes enfants midi et soir sans ouvrir d’autres conserves qu’une boîte de maïs et une boîte de thon. (On y a quand même passé deux paquets de pâtes. Mais à 4 en 7 jours, ça va, on n’a pas à rougir.)
  • admiré les fleurs de printemps (dont ma fille, 15 ans le 11 mars dernier) et j’en ai postées beaucoup sur Insta.
  • fait du yoga presque tous les jours, plus une séance de sport en famille sur la terrasse. Les profs de sport du collège des enfants nous ont envoyé une vidéo d’entraînement de 7 mn plus des exercices de relaxation à faire deux fois par semaine minimum. Challenge accepted (mais de fort mauvaise grâce en ce qui concerne les enfants ^^)
  • aimé les échanges qui ont eu lieu sur ce blog sous mon dernier post. 31 commentaires (and counting), je crois qu’on a battu tous les records ! Merci pour votre bienveillance et votre amitié qui ont illuminé un samedi compliqué et m’ont permis de vivre un dimanche bien plus doux et apaisé ❤
  • constaté avec Kleo et Miss Zen, sur nos blogs respectifs, que cette première semaine de confinement avait tout de même été compliquée. (J’avoue, ça m’a fait du bien de voir que ce ressenti était partagé.) Allez, c’est décidé, on se met moins la pression pour la semaine à venir !
  • aimé trouver le temps de papoter avec des ami-e-s, merci V. et Y. ❤
  • a-do-ré les conversations en visio avec mes beaux-parents et cet apéro à distance avec Johann et Julie ❤ (Merci les ami-e-s, qu’est-ce que ça fait du bien de rigoler comme ça !) Voir nos proches dans ce cadre qui nous est familier, ça m’apaise et me fait dire que toute cette histoire n’est qu’une parenthèse. Bientôt, on trinquera ensemble, en se claquant une bise pour de vrai. Et ce sera trop bon !

Et vous, quels petits bonheurs sont venus illuminer votre première semaine de confinement ?

P.S. Je tiens à partager avec vous ces initiatives qui font du bien. Brandon de Humans of New York a lancé une nouvelle série intitulée #quarantinestories. Comme il ne peut plus sortir dans les rues de NYC interviewer et photographier les passants, il invite les gens à lui écrire pour lui raconter leur histoire. C’est toujours aussi touchant. Et le magazine Happinez a décidé de sortir un numéro virtuel deux fois par semaine pendant toute la durée du confinement. Merci à eux ❤

25 commentaires sur “Les petits bonheurs 2020 #12

  1. Chouette ce que les profs de sport ont fait ! C’est vrai on pense maths, français etc mais c’est très important aussi surtout quand on ne peut pas sortir (et que le risque de comfort food augmente…)
    J’ai fini la semaine avec une crise d’angoisse qui pointait le bout de son nez vendredi. J’ai réussi à la gérer avec des huiles essentielles que j’aime (encens et bois de rose), un œuf en quartz rose dans la poche, mon obsidienne œil céleste autour du cou et un peu plus de sms avec mon chéri. Là ça va, je me sens prête à attaquer cette 2ème semaine de confinement -relatif pour moi puisque je travaille (mais l’atmosphère est quand même anxiogène)-
    Bisous

    Aimé par 2 personnes

    1. Axelle : je vois que tu es bien équipée 😉 ❤ Et vivent les sms avec le chéri ! J'espère que cette 2e semaine de confinement relatif se passe le mieux possible, je pense fort à toi et je t'embrasse !

      J'aime

      1. Ça va, à part un méchant coup de blues mardi soir
        Je me rends compte que j’ai oublié de te donner mes disponibilités cette semaine :-/. Là il faut attendre dimanche, je bosse aujourd’hui et demain toute la journée, je ne sais pas encore de quoi sera faite la semaine prochaine, on aura probablement les plannings aujourd’hui ou demain selon le temps dont ma cheffe disposera pour les remanier, on navigue tous à vue en ce moment.
        Bisoudoux

        J'aime

  2. Cette semaine j’ai…

    🦋passé quelques doux et légers instants sous un soleil timide mais chaud, dans un square, avec une amie… à bonne distance. Elle me ramenait de son lointain pays, une petite souris porte-bonheur et d’autres menus cadeaux, dont un sac d’appoint pliable, si somptueux, qu’encadré, il pourrait détrôner la Joconde!
    🦋reçu un autre cadeau extraordinaire… une boîte du meilleur cassoulet, denrée rare dans cette contrée, laissée sur mon pallier par une de mes meilleures amies, qui a traversé tout Londres pour me faire ce présent inestimable. J’ai pleuré comme une fontaine devant tant de gentillesse. Je la garde cette boîte de caviar du sud-ouest comme une promesse des beaux jours à venir.
    🦋déniché le dernier paquet de spaghettis dans l’épicerie étriquée de Monsieur Olson – si celui-ci avait eu un caractère de cochon. Mais c’est bien son acariâtre fille Nellie qui tenait la caisse! Soupe à la grimace garantie dans cette échoppe hors de prix!
    🦋dévoré deux fois un merveilleux documentaire d’Arte sur la porte de l’Enfer de Rodin. Simplement divin.
    🦋travaillé avec délectation dans mon scriptorium, un peu comme Christine de Pisan dans le sien, le hennin en moins pour soulager mes vertèbres, mais comme elle, me gorgeant de moultes « tisaynes » à intervalles réguliers.
    🦋sauté de joie en voyant que la Royal Academy of Arts avait mis en ligne leur nouvelle expo sur Léon Spilliaert.
    🦋adoré le premier épisode de Belgravia, sorte de Downtown Abbey urbain, sur les tristesses et les splendeurs de la bonne société de ce quartier proche de Hyde Park, à l’époque des guerres napoléoniennes. La recette du succès à été suivie à la lettre : de jeunes officiers aux yeux de braises dans leurs uniformes à épaulettes, des amoureuses aux boucles d’oreille à faire pâmer d’envie ma boîte à bijoux, des ladies et des lords en veux-tu en voilà, fiers comme Artaban de leur lignée, confits de principes éculés comme on les aime, des manoirs aux épais tapis persans, aux vases Ming géants et aux chandeliers rutilants, des dîners à froufrou et des bals à gogo et des boudoirs cosy où se nouent foison d’amours contrariées, le tout saupoudré of course, d’une poignée de domestiques retors, menés à la baguette par un maître d’hôtel plus vrai que nature, inflexible et irascible, mais hyper professionnel, aux rouflaquettes de rigueur, consultant aussi frénétiquement sa montre à gousset que le lapin blanc d’Alice… À déguster le petit doigt en l’air en sirotant une tasse de thé accompagnée d’un léger nuage de lait.
    🦋découvert une caverne d’Ali Baba bio, maraîchère, boulangère, et biscuitière, à deux pas de chez moi… Gredins de légumes ! Le ventre de Paris de Zola made in England dans une boutique grande comme un jardin de curé! Un flot de verdure aussi puissant que la Tamise! Des salades, des laitues, ouvertes et grasses encore de terreau, montrant leurs cœurs éclatants, des paquets d’épinards, des bouquets d’artichauts, des entassements de haricots et de pois, des pieds de céleris et des bottes de poireaux, des carottes apportant leurs taches vives à ce tableau, des navets, d’énormes choux blancs, serrés et durs comme des boulets de métal pâle, dans un coin le vernis mordoré d’un panier d’oignons, le rouge saignant d’un tas de tomates, l’effacement jaunâtre d’un lot de concombres…. et des paquets de semoule aussi fine que les grains de sable mordorés d’une plage du Pacifique, qui vont me permette de cuisiner un superbe couscous ce midi ! (T’avais oublié la semoule Émile Zee dans ta description hé hé !)
    🦋levé comme la Statue de la Liberté sa torche, en apercevant de mes yeux de lynx, l’ultime botte de betteraves (Émile, pléiade… Une comparaison aux petites oignons? T’as pas en magasin? Genre: Leurs robes de velours grenat, tu vois, comme… comme… la robe de Mary Stuart le jour où elle a rencontré l’Histoire avec sa grande hache… tu valides? Bingo! ) oubliées au fond d’un casier dans un rayon légumes aussi vide que le porte-monnaie d’un Écossais (je plaisante, hou!)
    🦋écouté la dernière chanson du groupe japonais Kobukuro, qui me donne l’impression de faire toujours la même j’avoue, mais c’est ça qui me plaît, car elle me fait voyager illico presto dans le temps, à ce jour béni où, dans un cinéma de Tokyo, j’avais entendu leur chanson sirupeuse sur les cerisiers en fleur. Je m’étais dit alors, je m’en souviens très bien, que contrairement à mon pays où, en sortant d’un délicieux film japonais, je me retrouvais foulant le pavé de Londres, ici, quand j’allais quitter la salle, j’allais me fondre dans la foule tokyoite, j’allais humer cette odeur particulière d’encens, de grillades, de sauces caramélisées, j’allais entendre les annonces stridentes des magasins cherchant à attirer le chaland, et qu’en sortant du métro, la tour de Tokyo illuminée comme un sapin de Noël, allait m’éblouir de nouveau. Je me souviens de ce bonheur puissant que j’ai eu à me dire et que je me suis après répété souvent comme un mantra: « dehors c’est aussi Tokyo ». Alors cela vaut la peine d’écouter, avec indulgence et gratitude, la dernière rengaine à l’eau de rose de Kobukuro.

    Aimé par 2 personnes

    1. Ah bon sang Agnès…qu’est-ce que vous décrivez bien l’ambiance et les odeurs des rues de Tokyo. Çà me creuse encore plus le bide, je suis en manque de Japon depuis des mois, je pense que dès le confinement fini je me rue sur un billet et tant pis pour le reste…je file écouter cette nouvelle petite rengaine de Kobukuro…Douce soirée !

      Aimé par 1 personne

      1. Bonsoir ! Merci! Moi aussi je me suis dit ça! ☺️C’est une odeur douce amère qu’on n’oublie jamais n’est-ce pas? Parfois je la retrouve ici du côté de Soho et du quartier chinois ou en passant dans le Japanese center mais bon, ce n’est pas exactement celle que l’on hume dans les backstreets japonaises… je vais de ce pas me replonger dans le Gourmet Solitaire de Taniguchi!

        Aimé par 2 personnes

        1. C’est même une odeur qui happe les narines dès la sortie de l’avion…je l’adore…je lis présentement « le restaurant de l’amour retrouvé », d’Ito Ogawa, bonheur des papilles via papier garanti aussi…💖

          Aimé par 1 personne

    2. Agnès, comme toujours, tes descriptions sont savoureuses ! Je me réjouis de ces cadeaux que tu as reçus, tu me donnes envie de donner une chance à Belagravia, et j’adore ta description de Tokyo même si, pour le coup, pardonne-moi, ce n’est pas forcément un endroit où j’ai envie de mettre les pieds. Mais je suis ravie de pouvoir m’y promener par l’intermédiaire de mes ami-e-s et je découvre fascinée la puissance d’évocation de tes souvenirs, j’imagine parfaitement ce bonheur qui a dû être le tien, au sein de ce cinéma, à l’idée de regarder ce film au cœur même de Tokyo. Alors vivent Emile Zola, Kobukuro, les épiciers acariâtres (mais oui, même eux), les séries so british et surtout l’amitié !

      J'aime

  3. Merci Isa pour ce partage !
    Et si tu es autorisée à partager la video (en MP?), ça m’interesse car je vais me balader avec le koala mais ce serait bien de faire un peu de sport en plus !
    Moi aussi je suis claquée : maîtresse d’école c’est pas pour tout le monde….

    Aimé par 1 personne

  4. Mes petits bonheurs :
    travailler au jardin avec la poulette, profiter du soleil et pris la mesure de la chance de bénéficier d’un espace extérieur…
    passer du temps avec la poulette (même si ce n’est pas toujours simple pour moi, qui ai besoin de calme et de solitude)
    faire des séances de méditation via skype avec mon maître reiki… qui propose depuis peu une séance quotidienne : cet homme est un saint
    écouter de la musique, lire, regarder L’Aliéniste…

    Prends soin de toi Isa ❤

    Aimé par 2 personnes

    1. Oui, nous avons de la chance de bénéficier d’un espace extérieur, et je suis ravie que tu puisses en profiter avec la poulette !
      Même si, comme tu le soulignes si bien, on a aussi besoin de calme et de solitude, et ce n’est pas évident d’en trouver en ce moment… Effectivement, ton maître reiki a l’air d’être une très belle personne ! Bonnes séances de méditation ❤
      Et je me demande si je ne profiterais pas d'avoir du monde à la maison pour regarder l'Aliéniste. (Seule, je n'ose pas.) J'avais adoré le livre ! Tu conseilles la série ?

      Prends soin de toi aussi mon amie ❤

      J'aime

      1. Si, par hasard, tu veux participer aux séances de méditation, il n’y a pas de problème. C’est ouvert (il faut lui envoyer une demande). J’ai beaucoup aimé l’Aliéniste. C’est un sujet dur mais, franchement, oui, je conseille 🙂
        Bisous Isa ❤

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s