Humeur

Cette semaine #30

Ruth Bader Ginsburg, 1933-2020

Je suis triste, infiniment triste. Reconnaissante et admirative, aussi. Et pas qu’un peu effrayée, je l’avoue. Merci madame pour votre courage, votre ténacité, vos combats et vos victoires. Rest in power, comme disaient toutes les féministes anglophones sur mon feed Instagram ce matin.

Je lis toujours L’Empreinte de toute chose et même si c’est excellent, force est de reconnaître que j’ai du mal à le lire d’une traite. Du coup, je fais des pauses et je lis des comics (La Ligue des Gentlemen extraordinaires) ou des romans graphiques (Wonder Woman Legendary) en parallèle. Aujourd’hui, je suis retournée à la Bédérie qui, comme son nom l’indique, est une chouette librairie spécialisée dans la BD à Aix-en-Provence. En août dernier, j’avais acheté Anaïs Nin – Sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff, aujourd’hui je viens de m’offrir Sacrées d’Orélie Pitaval et Youlie. Entre les deux, mon cœur balance !

J’écoute Jonathan Hultén avec mon fils parce que « Chants from Another Place » est un album sublime et que je ne m’en suis toujours pas remise !

Je regarde la saison 4 de This Is Us et je suis bouleversée par l’arc narratif de Rebecca. Je ne vais pas vous en dire plus pour ne spoiler personne, mais je n’aurais pas cru que ce sujet, traité avec la délicatesse coutumière de la série, me toucherait autant. (Miss Zen, j’en profite pour te répondre ici : non, ce n’est pas plombant du tout, c’est souvent très, très émouvant, mais ça fait du bien au cœur et à l’âme, promis !)

Je mange du chou fleur sauté au curry et aux noix de cajou et arrosé de crème de coco. Je suis plutôt fière de moi, pour une recette improvisée, ce n’était pas mal du tout. (Mais je mettrai plus de noix de cajou la prochaine fois !)

J’aime voir mes enfants s’épanouir comme des fleurs qui auraient manqué de soleil pendant des mois. Il n’y a pas à dire, le retour aux études et à une vie sociale plus « normale » (si tant est que cet adjectif ait encore un sens dans ce contexte si particulier) leur fait le plus grand bien.

J’achète des plantes et des objets pour la maison. Depuis que mes beaux-parents nous ont apporté une nouvelle table de salle à manger, la pièce du bas est devenue encore plus agréable à vivre, et j’accompagne cette transformation pour rendre notre nid douillet encore plus accueillant.

Je pense, pour la toute première fois depuis que j’ai dix ans, que j’ai bien fait de ne pas émigrer aux Etats-Unis. Mais je souffre pour mon pays de cœur et pour tous les gens que je connais là-bas.

Je porte ma jupe longue préférée et un débardeur. Je n’en peux plus de cette chaleur et de mes tenues d’été…

J’ai envie de fraîcheur !

Et vous, comment ça va ?

11 commentaires sur “Cette semaine #30

  1. Bonjour Isabelle! La photo que tu as mises en illustration de ton joli billet est si parlante… ces yeux qui respirent la bonté, l’intelligence, ce regard à la fois doux et impérieux… ce sourire bienveillant, ces boucles d’oreille vertes… L’intégrité et la justice incarnées. Très émouvant!

    C’est un plaisir de te lire et de t’écrire par un matin ensoleillé tout en sirotant le premier café du matin!
    Alors, dans ce Londres que menace un nouveau confinement…

    Je lis « Gacela del amor imprevisto » de Federico García Lorca dont les premiers vers ornent la façade de sa maison natale dans la sierra granadine.

    J’écoute, lors d’une promenade, Respire, de Gaël Faye, et les larmes me montent aux yeux. C’est LA chanson qui me porte ici et maintenant.

    Je regarde tous les Louis de Funès qu’une bonne âme a mis sur YouTube. Je m’aperçois que Saint-Antoine y est sans cesse invoqué… je me demande si le culte que je lui voue ne remonte pas à ces films!

    Je mange enfin des petits plats indiens. Un amour d’agneau aux épinards (épinard se dit « saag »), une langoustine « papillon » croquante à souhait, de l’aloo gobi (pomme de terre et chou-fleur) dans une sauce ocre onctueuse parfumée aux épices, du riz aux champignons, sans oublier la paratha de rigueur, ce pain qui ressemble au crêpes feuilletées (msemen) berbères! Un festin, un vrai délice!

    Je me sens résiliente. Je plie mais ne romps pas!

    J’aime découper dans le petit magazine du supermarché des petites recettes toutes simples mais savoureuses en me disant que ce serait sympa d’en essayer au moins une par semaine. Voeux pieux?

    Je fais des dessins à tire-larigot!

    J’achète aujourd’hui un nouveau et plus grand carnet d’aquarelles. Ce magasin, caverne d’Ali Baba, me ruine. En arpentant ses rayons je me répète comme un mantra : t’es pas Rembrandt!… Si seulement je savais me contenter des outils des artistes de Lascaux!

    Je pense sans cesse, en entendant les nouvelles alarmistes sur le futur confinement, à ce mois d’avril où l’on devait laisser une liste dans un magasin, et retourner chercher ses victuailles jetées pèle-mêle dans un carton. Un pain frais était un luxe… Démoralisant.

    Je porte encore des vêtements légers mais les pluies de mercredi vont sonner la fin de la récréation!

    J’ai envie de prendre mes cliques et mes claques et d’aller vivre ailleurs, sous d’autres cieux.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Agnès 🙂

      C’est un plaisir de te répondre avec la fenêtre ouverte sur le jardin trempé de pluie et la fraîcheur, enfin… On en avait bien besoin !

      Je ne pouvais pas commencer ce billet autrement que par cet hommage. A nous de continuer à porter ses combats en puisant de la force dans son souvenir, comme je puise de la force par exemple dans celui de Simone Veil. Ce sont d’incroyables sources d’inspiration !

      Je suis heureuse que tes lectures te fassent voyager et que tu aies trouvé une chanson qui t’apporte du soutien en ce moment si particulier.

      Je n’avais pas remarqué ce point commun entre tous les Louis de Funès, mais tu as bien raison de vouer un culte à Saint-Antoine, d’après mon expérience, les Antoine sont particulièrement adorables 😀

      Miam, la cuisine indienne, j’en raffole et je n’y ai plus goûté depuis mon séjour parisien en mars, il faudra que j’y remédie. Merci pour cette description qui enchante les papilles !

      J’applaudis ta résilience et je te souhaite de trouver le temps d’essayer des nouvelles recettes. Moi aussi, j’ai tendance à les collectionner sans les mettre en oeuvre, alors je te comprends parfaitement !

      Vive le dessin, et peu importe que tu ne sois pas Rembrandt, l’essentiel, c’est le plaisir que tu y trouves. L’achat du matériel fait partie de ce plaisir, tu mérites bien de te gâter !

      J’imagine à quel point la possibilité d’un reconfinement doit être démoralisante, oui. J’ai l’impression qu’ici aussi, ça nous pend au nez. Du coup, je crois que les autres cieux attendront un peu. This too shall pass…

      Je te souhaite un bon dimanche et je t’embrasse bien fort ❤

      J'aime

  2. J’ai aussi pensé à Simone Veil. On a tant besoin d’intégrité et d’intelligence.
    Va de retro satanas! oui, je pense que je vais me gâter… j’en ai bien peur. C’est si bon! Et en plus si tu approuves… toutes les excuses sont bonnes!
    C’est marrant – si j’ose dire… ici la communication est tout à fait différente de la France. On nous menace sans prendre de gants. Les amendes se montent à 10 000 euros… on titre: dernier dimanche de liberté. Plus de Noël! Plus de 31 décembre! Plus rien jusqu’au printemps 2021! On nous traite mal. Des incapables qui n’ont pas pris de bonnes décisions nous les font payer… Alors je vais m’acheter un bon gros carnet avant que tout s’arrête comme dans la Belle au bois dormant. Prendre le bus est devenu dangereux en plus… les chauffeurs se moquent pas mal des gens sans masque qui s’entassent malgré les affiches « pas plus de 30 personnes assises » et qui s’assoient les uns auprès des autres…
    Bref… dernier dimanche de liberté… oseront-ils? vivons-le au mieux!

    Je t’embrasse!

    Aimé par 1 personne

    1. Je n’imaginais pas que la situation s’était dégradée à ce point-là, je t’avoue que les infos sont tellement anxiogènes que je recommence à faire des minis crises d’angoisse, du coup, j’essaie de prendre un peu de distance avec l’actualité. Je compatis sincèrement et je t’envoie toute mon amitié et mon soutien ❤

      J'aime

    1. Je sors de thérapie (mon tout premier rdv depuis des années, ça fait un bien fou) et la thérapeute portait une très jolie robe blanche, il y avait la clim dans la pièce, on se serait cru au mois de juin, c’est dingue ! Heureusement que Sand est là pour nous rappeler que c’est bientôt l’automne 😉
      Très belle semaine à toi aussi, bisous ❤

      Aimé par 1 personne

  3. Sa mort m’a évidement attristée et effrayée. J’espère que les forces du mal ne triompheront pas. Et comme toi, ces derniers mois, j’ai souvent pensé que j’avais vraiment bien fait de rentrer en Europe et pas seulement à cause du Covid.
    Merci pour ton avis sur This is Us.
    Passe une très belle semaine

    Aimé par 1 personne

    1. Tu te rends compte qu’on parle très sérieusement des forces du mal comme si on était en 45 ou dans un conte fantastique, c’est quand même dingue ! J’ai l’impression d’avoir basculé dans une dystopie… Mais oui, pour l’instant, vive l’Europe, hein.
      Je t’envie de pouvoir te changer les idées avec This Is Us, moi j’arrive au bout 😉
      Je te souhaite une très belle semaine, gros bisous ❤

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s