Gratitude

Le meilleur de 2020

Janvier est un mois très doux et très cosy. On passe beaucoup de soirées au coin du feu, le chéri et moi, à écouter des vinyles sur la platine qu’on a depuis peu. Une nouvelle passion est née 😉 Côté boulot, alors que La Piste des Eclairs de Rebecca Roanhorse, une de mes traductions préférées de 2019, débarque en librairie, je mets la touche finale au tome 2, Le Fléau des Locustes, pour une publication en juillet.

En février, je visite le futur lycée de Typhaine, et ça me fait quelque chose, même si je prends plaisir à imaginer les bons moments qu’elle y passera. (Je ne me suis pas trompée sur ce point !) Mon amoureux et moi passons une semaine en tête à tête au bord de la mer et on visite une partie de l’Espagne que je ne connaissais pas encore. Côté boulot, je traduis Dans les coulisses d’Artemis Fowl, ce qui me permet de faire découvrir à Kelian la série de livres dont est tiré le film (qu’on n’a pas encore vu d’ailleurs, il va falloir remédier à cela).

En mars, j’assiste à deux concerts des Green Duck pour la sortie de leur album « Comrades », le premier à Montpellier et le second à Paris. Mais notre escapade parisienne tourne court, de même que la tournée promotionnelle du groupe qui s’arrête brutalement le 13 mars. On rentre vite à la maison et on décide, avec le papa des enfants, que je les garderai pendant la durée du confinement pour m’occuper de leur suivi scolaire. Grâce à un printemps précoce très doux et très ensoleillé, on peut très vite déjeuner sur la terrasse et suivre l’évolution des arbres en fleur autour de nous. Côté boulot, je vais plancher de mi-mars à mi-juillet sur un gros roman (qui n’est pas encore sorti à l’heure ou j’écris ces lignes).

En avril, on reçoit pour la première fois la visite de celui qui va devenir le cinquième membre de la maisonnée, le chat Mimi ❤ Il appartenait à une ancienne voisine qui a déménagé à 5 km de chez nous. On l’appelle, et elle vient le chercher. Mimi repart (temporairement)… On continue de faire le plein de balades dans le bois situé à moins d’1 km de la maison et je profite d’un emploi du temps allégé pour suivre un cours en ligne, The Science of Well-Being.

En mai, Mimi revient, deux fois. On le rend à sa maîtresse, deux fois. Je termine un tableau au point de croix que j’avais commencé à la naissance de mon fils, il y a 13 ans, c’est dire si je brode moins qu’avant… Je fais du yoga et de la méditation absolument tous les jours, et ça me fait un bien fou. Je termine « The Science of Well-Being » en me disant que c’est ça le bonheur : travailler / s’éduquer / prendre soin de soi et de ceux qu’on aime. Puisqu’on parle de boulot, je case une courte trad au milieu du gros roman : Harry Potter – Le Traité des balais et autres artefacts du monde magique, de Jodi Revenson.

En juin, vite, vite, il faut s’occuper d’inscrire Typhaine au lycée, Kelian en 4ème et rendre les livres de cette année scolaire bizarre et tronquée. Quand tout à coup, out of the blue, je reçois un mail d’un éditeur que je ne connais pas et qui me propose une traduction géniale à un tarif plus élevé que celui que je touche habituellement. Par contre, les délais sont extrêmement serrés, et il s’en excuse. Ca tombe bien, j’ai terminé le gros roman avec un mois d’avance et les deadlines impossibles, je maîtrise. Je vais donc bosser jusqu’au 7 août sur Le feu ne tue pas un dragon dont la sortie quelques mois plus tard m’inspirera un billet fleuve sur Game of Thrones.

Juillet, c’était presque inespéré, mais finalement on réussit à passer trois semaines en Bretagne. Malgré une charge de travail plus que conséquente, je profite de mes parents et de mes enfants, je fais de jolies balades sur la plage et on s’offre même une matinée accrobranche. Mon chéri nous rejoint la dernière semaine et on fête mes 40 ans avec mes parents avec un peu d’avance. On termine le mois en fanfare devant un concert de Goosie au milieu des vignes avec nos voisins, Kleo et l’Anglais, Sylvie, et Lio et Romain. (Comme ça paraît loin aujourd’hui…)

En août, on fuit de nouveau la chaleur du Sud pour se réfugier en Franche-Comté. Beau-papa et belle-maman ne sont pas là, mais on passe une bien belle soirée avec la sœur de mon chéri et sa famille, puis avec nos ami-e-s de la région. Je m’offre une escapade avec Armalite à Aix-en-Provence et on passe plusieurs soirées avec nos voisins avec qui nous formons une communauté de plus en plus soudée. Je fête mes 40 ans avec eux et avec beau-papa et belle-maman venus spécialement pour l’occasion ❤ Côté boulot, je rends le Game of Thrones et je traduis Les Princesses Disney, histoires et destinées des plus grandes héroïnes.

Septembre, une seule envie : que les enfants puissent retourner à l’école et retrouver une vie à peu près normale. La rentrée de Typhaine au lycée se passe plutôt bien, malgré les papillons au ventre des premiers jours, et Kelian est heureux de retrouver ses copains au collège. Pour fêter ça, on s’offre un tour de grande roue à Avignon. Mon chéri m’offre de très belles plantes pour mon anniversaire (on attendait la vente éphémère Maison Bouture). Après de nombreux allers-retours, on décide de garder Mimi, notamment par peur qu’il finisse par se faire écraser à force de s’enfuir de chez lui. (Sa maîtresse va jusqu’à nous donner sa caisse et plusieurs sacs de croquettes, c’est adorable !) Côté boulot, je bosse sur un projet génial dont j’ai hâte de vous parler, mais qui n’est pas encore sorti pour l’instant. Je devais enchaîner avec un nouveau livre, mais il a du retard. Tant mieux, ça me fait quinze jours de pause bien mérités !

Octobre, l’un des mois que je préfère, m’offre de très beaux moments dans ma belle-famille au tout début du mois pour les 40 ans de ma belle-sœur (nous sommes nées en 1980 toutes les deux), mais aussi à Halloween avec les enfants pendant la dernière semaine des vacances, juste avant le deuxième confinement qui me fait l’effet d’un coup de poing dans le ventre et me plonge dans un grand désarroi. Fort heureusement, mon chéri est là pour apaiser mes angoisses. Et j’ai pu profiter des magnifiques couleurs de l’automne dans les forêts franc-comtoises. Allez, on respire un grand coup, ça va le faire. Côté boulot, j’enchaîne les bonnes nouvelles. Le livre qui avait du retard arrive enfin et je reçois deux autres traductions, la première qui va m’occuper jusqu’à mi-janvier et la seconde jusqu’à mi-avril.

Novembre ou le non-confinement puisque je dois sortir au moins quatre fois par jour pour emmener les enfants au bus ou les récupérer (évidemment, ils n’ont pas les mêmes horaires). Malgré mon planning chargé, je réussis à caler une très courte trad sur les 10 premiers jours du mois, mais je bascule dans un stress qui ne me quittera pas vraiment jusqu’à mi-décembre. Heureusement, la victoire de Joe Biden et Kamala Harris me redonne foi en l’humanité. Honnêtement, j’en avais bien besoin. Et on réussit, le chéri et moi, à se faire une soirée en amoureux à la maison aussi réussie que si on était sorti au restaurant ❤

Et puis décembre, ou le mois que je n’ai absolument pas vu passer. Je bosse énormément, mais la méditation m’aide à reprendre mon calme et mon souffle, et je parviens finalement à profiter des quinze derniers jours du mois, et notamment des fêtes, malgré ce cambriolage qui nous prive de la moitié de notre séjour en Franche-Comté (étonnamment celle où j’avais prévu de ne pas travailler). Mais qu’importe, on a vraiment passé de très bons moments avec mes beaux-parents, on a eu des messages de soutien de tous nos proches et ami-e-s et on a fini l’année en beauté avec les enfants. Oh, et j’ai retrouvé ma coiffure fétiche, celle qui me va le mieux et qui me vaut plein de compliments, ce qui, avouons-le, a un effet très positif sur le moral !

Et mes envies dans tout ça ? Fin septembre, je dressais un premier bilan de mes 20 envies pour 2020. Depuis, j’ai progressé sur mon site web (même si ça ne se voit pas encore) et je n’ose plus me fixer comme objectif d’aller à la rencontre de mes éditeurs parisiens ou de travailler hors de chez moi 2 à 3 fois par semaine (si ça se fait, tant mieux, dans tous les cas, je vais m’adapter à la situation sanitaire, comme tout le monde). Je laisse venir à moi les idées d’écriture (s’il y en a, génial, sinon, c’est pas grave, je prends énormément de plaisir à lire les écrits des autres). J’ai rendez-vous pour la pose d’un implant dentaire fin janvier et j’ai pu me rendre compte que j’ai moins besoin/envie de faire une thérapie que de m’occuper de ma santé globale (donc je vais plutôt me tourner vers la naturopathie, vu que j’ai déjà trouvé une super médecin généraliste). J’ai toujours envie de marcher 20 mn par jour et de m’acheter de nouvelles culottes de règles ou de réduire les emballages plastiques dans notre foyer. Je n’ose faire aucun projet de voyage, que ce soit en amoureux, en famille ou entre copines et j’aimerais toujours explorer la Provence et trouver une jolie plage pas loin de la maison (#jenaimarredessaintesmaries #jaimepaslacamargue). Très honnêtement, au vu de l’année qu’on vient de vivre, c’est un bilan très positif, j’ai eu énormément de chance !

Et vous, que retenez-vous de 2020 ?

14 commentaires sur “Le meilleur de 2020

  1. Je trouve aussi que c’est un beau bilan de l’année écoulée… et qu’il est plutôt positif ! C’est une des choses qui me marque le plus chez toi : envers et contre tout, ta vison du monde reste positive et bienveillante ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ❤ A te lire, je réalise que, sans m'en rendre compte, je fais mien ce proverbe qui dit "Soyez le changement que vous voulez voir en ce monde". Alors je ne lâche rien et je continue comme ça ^^ Gros bisous ❤

      J'aime

  2. Chère Isabelle, j’ai l’impression, en te lisant, d’avoir été éblouie par un grand soleil en ce jour gris-noir, tout en neige fondue!
    Que 2021, sur ta lancée, t’apporte autant (et plus) d’amour, de tendresse, d’amitié, de joies diverses, de plaisirs et d’envies… et de réussites dans ton boulot! Que ton étoile brille brille brille!
    Merci de partager ces jolis moments parce que tu as ce chic: tu sais partager tes émotions, tu sais les faire ressentir, ton sourire a un écho jusque dans ma petite rue londonienne. Bref, je suis ravie pour toi!

    Qu’est-ce que je retiens de 2020?

    🪴Janvier
    Tout d’abord notre « rencontre » à toi, Roseleen et moi par blogs interposés, et ça, c’est vraiment chouette. J’imagine ce que l’avenir nous fait miroiter, et j’espère vraiment en 2021 prendre un café avec toi à l’ombre des remparts d’Avignon. Je me souviens très bien du jour où je me suis jetée à l’eau, et le bien-être que te lire et t’écrire m’apporte… Tu es un peu comme l’hirondelle qui annonce la douceur du week-end et une jolie semaine.
    Mon séjour à Paris, le soleil aux Tuileries, le déjeuner au café Le Dante avant un film rue Galande, les séances d’écriture au café Coutume, les films que j’enchaîne venus des quatre coins du monde… avec le recul il me semble idyllique ce petit séjour malgré les grèves.

    🪴Janvier-Février-Mars
    Je suis en sabbatique et j’écris mon nouvel article dans un mélange de discipline et d’euphorie. Je suis déjà en confinement volontaire sans le savoir. 7/7, 15h par jour: retrouver mon « poète sans tête » fut un grand bonheur.

    🪴Mars
    Je dois annuler ma venue en France à la fin du mois.
    Un jour déjà printanier, je dois déjeuner avec une amie et je vais à sa rencontre en écoutant le dernier album de Jean-Louis Murat. Ma nouvelle marotte était de marcher d’avantage. Le restaurant thaï est vide, on en rigole. On s’assoit sur un banc dans le square pour profiter du soleil en prenant soin de nous tenir à distance. On n’a pas de masques. Ensuite elle m’accompagne au supermarché qui est dévalisé sous nos yeux, les étagères sont vides, c’est la foire d’empoigne, je vois une femme prendre toutes les plaquettes de beurre, et il n’y a plus de spaghettis pour lesquels je développe une obsession. Ces étagères vides et la violence entre les clients me resteront longtemps en mémoire. Mon amie quittera Londres pour rentrer dans sa famille en Asie la semaine suivante, mais on ne le savait pas encore.

    🪴Avril
    Nous sommes confinés deux semaines après tout le monde…
    Le mois des danseurs du Bolshoï! Qu’ils étaient beaux! Qu’ils sentaient bon le sable chaud! Le mois aussi de Mikel et des recettes « live », un rendez-vous si charmant et drôle!
    Je me souviens de la joie de trouver enfin des spaghettis dont je sers le paquet contre mon coeur, et la boîte de cassoulet offerte qui me rend si folle de joie!
    Une amie fait des courses pour moi chaque semaine au grand supermarché, habillée comme Dark Vador. Elle glisse dans le panier le petit hebdomadaire du magasin sans savoir que j’en deviendrai accro et qu’il m’ouvre la porte des collages qui me passionnent soudain.
    Je me mets à préparer les cours pour l’année 2020-2021.
    J’achète un super ordi.

    🪴Mai-juin-juillet-août
    Je reprends les cours, les réunions, les corrections, mais en virtuel et je suis une formation inutile et infantilisante. Il y a eu des moments assez durs, pleins de colère, de rage… C’est un vrai maëlstrom. Je ne vois plus personne car on n’ose se déplacer. « Le nez dans le guidon », je répète cela à l’envi.

    🪴Mi-août
    Un jour j’entends par hasard l’interview de l’artiste américain Devendra Banhart. Il nous montre son atelier, et étale ses créations, des dessins bizarres, et il répète « my art » « my art ». Cela réveille mystérieusement en moi l’envie de dessiner. Je commence par faire quelques portraits de mes amis à l’aquarelle. Je m’achète un carnet de dessin. Je vais à Green Park, un après-midi très chaud, et je dessine un groupe d’amis qui discutent sur la pelouse, et un corbeau qui se dandine, peu farouche, sous mes yeux. Comme ces dessins me paraissent puérils aujourd’hui… c’était l’enfance de l’art…
    Il y a l’escapade parisienne, quelques heures, une parenthèse enchantée.

    🪴Septembre
    Je dois annuler le séjour à Paris.
    Je m’équipe… je fréquente le magasin d’art plusieurs fois par semaine, j’en ressors avec des grappes de markers, mes dessins deviennent plus précis, plus aventureux, plus audacieux…. je m’épate.
    Entre deux sorties de confinement je prends l’habitude de déguster une soupe ramen avec une amie.
    Le parc derrière chez moi et le supermarché du quartier sont mes seules sorties de la semaine. Le périmètre de ma vie se restreint au maximum.

    🪴Octobre-Novembre-Décembre
    Les cours reprennent. J’ai un emploi du temps de rêve. Tout va bien de mon côté. Mais beaucoup de collègues sont fragiles, craquent, les problèmes s’amoncellent, se décuplent… j’en perds le sommeil.
    A cela s’ajoute l’inquiétude pour mon père qui me ronge.
    Heureusement je continue de dessiner, de peindre, d’attendre la sonnerie du livreur qui m’annonce la flopée de markers qui viennent compléter ma collection. Mon coup de crayon est de plus en plus assuré. C’est épatant!
    Il y a le nouveau disque de Gaël Faye, la découverte du chanteur espagnol Pablo Alborán, la lecture de journaux du XVIIIe ou 1900, de Colette, de Madame de Sévigné, la merveilleuse Comédie Française et Proust, et ses lectures de pièces…
    Il y a les arbres du parc et mon banc fétiche.
    Il y a mon article qui va paraître, la couverture de la revue qu’on m’envoie juste avant Noël, avec mon nom qui s’étale, c’est un grand bonheur.

    J’ai l’impression, l’an dernier, d’avoir été un oiseau qui devait sans cesse colmater son petit nid. Au fur et à mesure que la situation extérieure devenait problématique et menaçait mon bien-être, j’ai trouvé la parade, j’ai assuré, j’ai colmaté les brèches, j’ai écopé, j’ai ramené dans mon cocon, dans ma petite bonbonnière que j’aime tant, un petit quelque chose pour me protéger, prendre du recul, mettre des distances. Et ton blog a été l’une de ces nécessaires petites brindilles.

    Alors à l’orée de cette année, alors qu’on nous annonce que notre confinement risque de durer jusqu’en avril, je vais le mieux possible. Je ne désire qu’une seule chose, être le jour où je descendrai du bus 38 à Paris pour gravir la montagne Sainte-Geneviève jusqu’à mon hôtel. Ce jour-là… c’est mon horizon!

    PS: as-tu regardé les commentaires sous ton billet sur l’Hiver?

    Je t’embrasse!

    Aimé par 2 personnes

    1. Je me rappelle bien toutes ces étapes, nos premiers échanges, ton article [Peut-on se le procurer d’ailleurs ? J’aimerais beaucoup le lire.], les danseurs et Miguel, cette passion pour le dessin qui apparaît et qui s’épanouit, la reprise des cours et toujours, toujours cette richesse culturelle qui fait mon admiration… J’ai l’impression d’assister de loin aux grands mouvements d’une symphonie, celle de ta vie. Merci de la partager ici ❤

      J'aime

  3. tu as réussi l’impossible faire de cette année triste et souvent lugubre , une année lumineuse et chaleureuse, sans parler de tes succès professionnels. Fière de toi tu peux être 🙂
    C’est magnifique et magique…..

    Aimé par 1 personne

  4. 💛Isa tu es une douce magicienne qui a le don de non seulement capter naturellement la lumière, mais aussi de la transmettre. Quelle chouette année alors !💛
    ⭐Mon année 2020, je l’aime, je la trouve chouette, elle m’a permis de réaliser plein de trucs et de faire des rencontres très importantes pour moi, je me sens euh…reconstruite ?…
    💛C’est une année qui débute dans la frayeur car fin janvier on me détecte une énorme masse au ventre. Confirmée à l’écho. Faut une IRM pour savoir ce que c’est. Je ne vis plus, je pense au pire, me donne 6 mois maxi. L’attente de l’IRM est atroce, atroce, dans ma tête je rédige mon testament, c’est dire…💛
    🌞 Ouf, le « ballon de rugby » comme dit le radiologue, n’est pas un cancer. Joie, allegresse…je mets tout de même plusieurs semaines à me rassurer, ma gynéco est topissime, sais m’écouter, me laisse le choix…
    🌼 Après cette épreuve, je savoure la vie telle qu’elle se présente, je la croque, je suis vivante c’est ce qui compte, je vire un max de contraintes, le temps libre c’est pour mon plaisir, je colle, lis, écris (et ponds mon premier roman !), je télétravaille, au boulot les tensions explosent, mais j’ai mon cocon, ma bulle, mon mari, mon fils, des échanges amicaux qui se développent, me font du bien, je suis moi, je suis bien, en paix avec moi-même et mes besoins, mes aspirations, mes envies. ⭐Je suis bien chez moi, sans pression, le confinement me va bien même si la liberté de voyager me manque un peu, mais j’ai annulé sans peine finalement la Suède en juillet, je m’épate. Le premier confinement est plutot doux, comme le temps, chaque soir quasiment un petit barbecue, mon étudiant en Staps me fait un programme de renforcement musculaire d’enfer, on se marre bien, je sens mon corps, je suis en vie, je vais le bichonner. 🌞Pouvoir retourner sur Paris en avril est un vrai voyage, une joie, j’y goûte pas mal durant le printemps et l’été, me régale d’arpenter les rues, même si les touristes me manquent, faire une expo quand c’est possible, m’abreuver de nouilles japonaises froides dans mon jap favori. ☀️En mai on recueillera la Paupiette 🐾, quelle joie dans notre petite famille, sur un coup de tête on s’évade deux jours à Dieppe en amoureux, les meilleures moules frites de ma vie, la balade en front de mer au coucher de soleil est magique, en juin mon fils valide sa première année de Licence, en août quelques jours savoureux et pour une fois sans stress chez mes parents, en septembre après deux ans de galère (et une ruine finanière), mon fils obtient son permis, on part en amoureux une semaine dans le sud, ah que c’était bien, la dolce vita, octobre on recueille Jean-Pierre 🐾, boule de poils angoras roux abandonné dans le jardin, je suis gaga, çà devient dur dur au travail, tensions énormes dans l’équipe, santé psychique des usagers qui se dégrade, plus de médecin psychiatre dans l’équipe, çà retombe sur moi, çà devient dur, angoisses et petits tocs pour moi aussi, je bosse comme une folle mon roman je veux le finir au 30 novembre, challenge réussi, j’en suis fière, çà et les collages plus le dessin, activité dans laquelle me fait plonger l’amie Agnès m’aideront énormément, 🌼décembre très tendu également, heureusement les congés arrivent le 22, le facteur m’apporte des marqueurs d’amitié, mon coeur déborde de joie, des fêtes merveilleuses à la maison, simples et tranquilles, beaucoup de repos, de chocolat de cinéma (at home) viendront clôturer cette année bizarre mais riche sur bien des plans, une année qui m’a transformée et qu’au final je peux le dire, j’ai aimée, une année m’a bouleversée et recentrée…🌼☀️⭐

    Aimé par 1 personne

    1. Il est magnifique ce bilan ! Quelle année riche en bouleversements, douce et « bousculante » à la fois ! (2020, l’année de tous les paradoxes !) Je me réjouis de tout le positif que tu en retires ❤

      J'aime

  5. Que de belles choses positives! ❤
    J'avoue qu'il m'est difficile de répondre car peu de choses se sont passées; etre pres de mes parents, les aider avec mon frere a surmonter le 1er confinement, a aider mes eleves a rester positif.
    Pas de sorties a part quelques sorties shoppings sur Lyon ou je me suis faite des amis parmi certains vendeurs.
    Et niveau culture, quelques livres policiers, des films des annees '70 repasses a la tele et un concert de David Hallyday en janvier…!
    Meilleurs voeux pour 2021 ❤
    Bizzzz

    Aimé par 1 personne

    1. Tu sais que tu es une vraie force positive et lumineuse ? Regarde tout le bien que tu fais autour de toi, c’est magnifique. Je sais tes doutes, je sais ta fatigue, mais justement c’est ce qui rend ce que tu fais encore plus beau. Merci ❤

      Aimé par 1 personne

  6. Ohh tu es adorable ❤
    Des annees de solitude voulue et non voulue, de la distance avec ma famille pour cause de travail, des annees a l'étranger me font regarder la vie aussi autrement il me semble.
    Rester positive malgre car il y a toujours pire que nous somme me disaient les anglais…. meme si en tant que bonne française, j'aime râler aussi 😀
    Ce qui m'avait enormement aide il y a quelques annees etait la PNL. Bien enseignée, bien pratiquee cela peut etre extrêmement positif et "dynamisant" sur tout les plans!!
    Bon weekend et encore merci ❤
    Bizzzz

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s