Culture

[Lecture] Sarah Gailey – Upright Women Wanted

Esther est une passagère clandestine. Elle s’est cachée dans le chariot des Bibliothécaires pour échapper au mariage que son père a organisé pour elle. Elle refuse d’épouser l’homme qui, jusqu’ici, était fiancé à sa meilleure amie. Sa meilleure amie, dont elle était amoureuse. Sa meilleure amie qui vient d’être exécutée parce qu’elle possédait du matériel de propagande de la résistance. Dans un futur pas si lointain, le Sud-Ouest américain abrite des bandits, des fascistes et des bibliothécaires lesbiennes qui voyagent à dos de cheval et s’efforcent de faire ce qui est juste.

J’ai toujours aimé les westerns (du moins les plus récents, ceux qui montrent à quel point la vie à cette époque était difficile et qui n’encensent pas les héros blancs au détriment des « méchants » Indiens) et j’aime de plus en plus les dystopies, donc je ne pouvais pas passer à côté de ce roman !

De fait, j’ai adoré l’ambiance et le décor. (Il faut dire que les personnages évoluent au milieu de paysages que j’ai moi-même explorés, ça aide.) L’Amérique est en guerre, et une partie du pays a sombré dans le fascisme. (Toute ressemblance avec des situations existantes n’est certainement pas fortuite.) Le carburant est réservé à l’armée, tandis que les civils se déplacent à cheval comme les cowboys d’antan. Les Bibliothécaires parcourent inlassablement les Etats du Sud-Ouest pour distribuer des livres, des CD et des DVD approuvés par le nouveau gouvernement patriarcal et totalitaire. Mais ces « Upright Women » ne sont peut-être pas aussi moralement irréprochables qu’on le leur demande…

J’ai adoré cet aspect du roman et j’ai même regretté que Sarah Gailey ne le développe pas davantage. J’ai aimé la manière abrupte dont iel nous plonge dans cet univers. [A l’instar de Cy, l’un de ses personnages, Sarah Gailey se définit comme une personne non binaire.] Ici, pas d’explications superflues, à nous de lire entre les lignes et de déchiffrer les indices pour comprendre ce qui s’est passé en Amérique.

A mesure que nous découvrons la société qui l’a façonné, le personnage d’Esther prend tout son sens. Choquée par la disparition brutale de la femme qu’elle aimait, elle découvre peu à peu qu’en fait elle n’est pas un monstre et qu’il est possible de s’accepter comme on est. Au contact des Bibliothécaires, Esther a une révélation. Ce n’est pas elle qui a un problème, c’est le monde qui ne tourne pas rond. Et ce monde-là, eh bien, il ressemble énormément au nôtre…

J’ai clôturé l’année 2020 en beauté puisque j’ai terminé Upright Women Wanted quelques minutes avant le réveillon du 31. J’ai passé un très bon moment en compagnie d’Esther et des Bibliothécaires et j’espère que ce court roman sera bientôt traduit en France car j’aimerais beaucoup le faire lire à des personnes de mon entourage !

La lecture de ce livre me permet de valider une des catégories du Cold Winter Challenge 2020, « Nuit du solstice », dans le menu « Hiver obscur ». Il fallait lire un livre de moins de 300 pages, et celui-ci en compte 176 !

2 commentaires sur “[Lecture] Sarah Gailey – Upright Women Wanted

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s