Culture

[Coup de cœur lecture] Lucy Maud Montgomery – Anne d’Avonlea

Avec ses yeux gris qui brillent comme les étoiles du soir et ses cheveux roux toujours aussi mordants que son tempérament, Anne, désormais âgée de seize ans, a su gagner l’affection des habitants d’Avonlea. Alors qu’elle prend ses fonctions d’institutrice, son caractère se dévoile tout en nuances et envolées idéalistes. Elle fera de nouvelles rencontres, comme Monsieur Harrison, leur voisin à Green Gables, ou Mademoiselle Lewis, qui vit dans le Pavillon aux échos. Il y a également Paul, un élève fascinant et, à n’en pas douter, une future âme sœur, ou les jumeaux Dora et Davy qui débarquent à Green Gables histoire d’épicer le quotidien enfin paisible de Marilla. Alors qu’Anne devient une jeune femme, les péripéties de son existence nous enchantent toujours autant qu’elles nous touchent.

J’ai hésité à chroniquer ici le deuxième tome des aventures d’Anne Shirley parce que vous savez déjà tout le bien que je pense du premier, Anne de Green Gables. Mais il faut que je vous dise…

Il faut que je vous dise le bonheur de retourner à Avonlea et de s’imprégner de son charme désuet. Ouvrir l’un des merveilleux romans de Lucy Maud Montgomery, c’est entrer dans un monde où tout paraît plus simple, plus doux et plus lumineux (notamment les relations humaines).

Et puis, quelle joie de retrouver Anne, son optimisme contagieux, ses nobles idéaux ! Dans ce deuxième tome, de nouvelles responsabilités l’attendent, notamment en tant qu’institutrice ou grande sœur de substitution. Mais que l’on se rassure, elle reste, à seize ans seulement, aussi vive et spontanée qu’elle l’était en arrivant à Green Gables, ce qui lui vaut encore quelques-unes de ces mésaventures cocasses dont elle a le secret.

Il faut que je vous dise aussi le bonheur des mots qui dansent sur la page et des descriptions si poétiques que les saisons canadiennes prennent vie dans notre tête. Je ne peux pas, d’ailleurs, ne pas mentionner la qualité de la traduction, au service d’une écriture fluide et enchantée. Car oui, il doit y avoir un peu de magie là-dessous pour me donner le sourire à chaque ligne, alors que j’ai lu Anne d’Avonlea à une période où je me faisais beaucoup de souci.

Il faut que je vous dise, enfin, le bonheur de tenir entre mes mains ce bel objet. (Peut-on prendre un instant pour admirer cette sublime illustration de couverture ?) Evidemment, l’histoire d’Anne me plairait tout autant si je la découvrais sur ma liseuse électronique. Mais cette magnifique édition lui apporte un petit supplément d’âme qui a fait de ma lecture un véritable ravissement.

2 commentaires sur “[Coup de cœur lecture] Lucy Maud Montgomery – Anne d’Avonlea

    1. J’ai cherché une belle édition en anglais l’année dernière mais celle qui me faisait de l’œil était épuisée. Et puis j’ai vu les nouvelles éditions françaises de Monsieur Toussaint Louverture et j’ai craqué, même si d’habitude je préfère lire dans la langue d’origine.

      J’ai hâte de lire ton billet du coup !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s