Culture

[Lecture] Lucy Maud Montgomery – Anne de Windy Willows

Et voilà, il fallait bien que ça arrive ! Voici que je chronique le 4e tome des aventures d’Anne Shirley, et ce n’est pas un coup de cœur. Oh, qu’on se rassure, je lui ai tout de même mis 4 étoiles sur Goodreads, et j’ai un vrai coup de cœur pour l’illustration de couverture, qui est celle qui me plaît le plus jusqu’à présent. Dans l’ensemble, l’histoire est toujours aussi délicieusement charmante, et la plume de Lucy Maud Montgomery toujours aussi poétique. Mais quelques éléments font qu’Anne de Windy Willows m’a un peu moins plu que les autres.

Ses brillantes études universitaires terminées, Anne Shirley se voit confier la direction du lycée de Summerside, une petite bourgade de l’Île-du-Prince-Édouard, d’apparence paisible, mais qui va lui réserver bien des surprises. À ses côtés, nous allons découvrir Windy Willows, la pension où elle va vivre pendant trois ans – ainsi que ses occupantes –, la petite Elizabeth, sa féerique voisine, Katherine Brooke, sa collègue désabusée, et ses élèves, qu’ils soient touchants ou tout à fait exaspérants. Avec un humour toujours plus fin, des envolées lyriques et nostalgiques, Anne de Windy Willows offre le portrait d’une jeune femme tout en nuances : généreuse et directe, fiancée, oui, mais surtout indépendante.

J’ai été un peu déstabilisée par la forme qui oscille, comme le dit l’éditeur, « entre narration classique et roman épistolaire ». Cette fois-ci, l’histoire nous est racontée en grande partie dans les longues lettres qu’Anne écrit à son fiancé, qui poursuit ses études de médecine pendant qu’elle dirige le lycée de Summerside. Evidemment, la plume d’Anne ne manque ni d’humour ni de mordant, mais n’étant pas amatrice de romans épistolaires, je ne l’ai sans doute pas appréciée à sa juste valeur. J’ai trouvé que ça apportait quelques longueurs au récit.

Et puis, pour être tout à fait honnête, il y a un passage qui m’a mise mal à l’aise. Dans le dernier tiers du roman, Anne vient en aide à un jeune couple qui veut se marier contre l’avis du père de la jeune fille. Sauf que celle-ci, terrorisée à l’idée de désobéir à son géniteur, refuse au dernier moment d’aller retrouver son fiancé, et Anne doit se fâcher pour la convaincre de se marier. Hélas, j’ai trouvé que la scène relevait moins du pep talk que de la coercition. Elle se voulait certainement cocasse, mais elle m’a laissé un goût un peu amer.

En revanche, j’ai apprécié que le caractère d’Anne s’affirme encore un peu plus et qu’elle soit confrontée à des situations où son charme légendaire ne lui est pas d’un grand secours. Qu’il s’agisse d’amadouer le clan qui a la mainmise sur la ville, de se lier d’amitié avec son adjointe ou de garder deux jumeaux particulièrement mal élevés, Anne va avoir du fil à retordre et va devoir faire preuve d’une sacrée volonté et d’une bonne dose de fermeté.

J’ai beaucoup aimé aussi l’ambiance légèrement gothique qui imprègne le roman. Pendant ses trois années à Summerside, Anne habite donc à Windy Willows, sur Spook’s Lane, va se promener dans un vieux cimetière avec une dame qui lui parle de tous les morts enterrés là, notamment cet homme à qui on n’a jamais réussi à fermer les yeux (ce que l’imagination de notre héroïne s’empresse de visualiser), et enfin visite une grande demeure historique dont la propriétaire se plaît à lui expliquer les morts tragiques survenues dans chaque pièce. Ce chapitre-là est d’ailleurs un petit bijou d’humour absurde (mais à la place de la pauvre Anne, je n’aurais pas réussi à passer la nuit sur place) !

Enfin, il faut noter tout ce qui fait la marque de fabrique de cette série, les lieux enchanteurs où Anne a la chance d’habiter dans chaque nouveau volume (moi aussi, je veux dormir dans la chambre de la tour de Windy Willows) et la superbe écriture de Lucy Maud Montgomery. Jugez plutôt, en parlant d’une personne grincheuse qui a réussi à s’ouvrir, Anne écrit dans l’une de ses lettres : « Mais hier soir, on aurait dit qu’elle avait allumé des bougies à toutes les fenêtres de la maison de sa vie. » C’est beau, non ?

Cette lecture me permet de valider la catégorie « Lavande » du Flowers Books Challenge (un livre à la couverture violette et/ou qui parle de calme et de sérénité, ce qui correspond bien aux descriptions de nature, toujours sublimes dans cette série) et la catégorie « Ca va barder » (On veut du caractère : théâtre, comédie et absurdité – autant de mots clé qu’on retrouve sous une forme ou une autre dans ce roman) dans le menu « Orage d’été » du Shiny Summer Challenge.

12 commentaires sur “[Lecture] Lucy Maud Montgomery – Anne de Windy Willows

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s