Culture

[Lecture] The Woman in the Library – Sulari Gentill

Le calme règne dans la magnifique salle de lecture de la bibliothèque publique de Boston, lorsque soudain le cri terrifié d’une femme brise le silence. Aussitôt, les agents de sécurité prennent la situation en main et ordonnent à tous les lecteurs de rester à leur place jusqu’à ce que la menace ait été identifiée. Quatre inconnus assis à la même table bavardent pour passer le temps et se lient d’amitié. Chacun.e a une bonne raison d’être là ; il se trouve simplement que l’un.e d’eux est un assassin.

C’est drôle à quel point un résumé sur une quatrième de couverture peut être trompeur. Je m’attendais à un huit-clos à la Agatha Christie et, en fait, pas du tout ! The Woman in the Library est un excellent thriller sur la création littéraire puisque nous découvrons le roman qu’une autrice australienne, Hannah Tigone, est en train d’écrire. A la fin de chaque chapitre figure un mail de son correspondant américain, Leo. Comme nous, il vient de lire le chapitre et le commente à chaud. Il signale à Hannah de petites erreurs de langage (c’est amusant de relever les différences entre l’anglais australien et l’anglais américain) et la félicite sur la progression du récit. Il se charge aussi, pour lui rendre service, d’aller visiter les lieux qu’elle décrit afin de lui envoyer des photos et des descriptions précises.

Seulement voilà, à chaque mail le malaise grandit car Leo est lui-même un écrivain frustré qui vient d’essuyer un douloureux refus. De fan dévoué à stalker, il n’y a qu’un pas… Leo le franchira-t-il ?

La construction du livre est d’autant plus intéressante qu’elle repose sur une deuxième mise en abîme : Freddie, l’héroïne d’Hannah, est elle-même écrivaine et se trouve à Boston parce qu’elle a reçu une bourse pour écrire son prochain roman. Bouleversée par le meurtre de la femme dans la bibliothèque de Boston, elle commence à créer une histoire mettant en scène les trois inconnus qui se trouvaient avec elle lorsque le hurlement déchirant de la victime a retenti. Sauf qu’ils deviennent tous amis et que plus Freddie s’attache à eux, moins elle arrive à être objective…

Y a-t-il un assassin parmi eux ? Leo est-il dangereux ou seulement maladroit et trop enthousiaste ? Ce double questionnement nous tient en haleine au fil d’une lecture fascinante qui brouille la frontière entre le réel et l’imaginaire, la création et sa créatrice. Hélas, le soufflé retombe au cours des cinquante dernières pages. J’ai deviné l’identité de l’assassin un peu avant la fin et j’ai imaginé plein d’explications, mais celle que donne l’autrice m’a déçue par sa simplicité et sa banalité. J’aurais aimé quelque chose de plus machiavélique, à la hauteur du reste de l’intrigue.

The Woman in the Library n’en reste pas moins une lecture très agréable et je suis certaine qu’elle me marquera durablement de par sa thématique et sa construction. Mais je n’oublierai pas non plus qu’il m’aurait fallu un twist final plus spectaculaire, c’est vraiment dommage de se planter (un peu) juste avant la ligne d’arrivée !

7 commentaires sur “[Lecture] The Woman in the Library – Sulari Gentill

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s