Culture

[Lecture] Mathou – Filgoude

Filgoude, c’est la meuf toujours positive, en forme, joyeuse, au top, adepte du bien-être : c’est sûr, si j’étais elle, je serais une « meilleure moi ». Et si j’essayais d’être cette « moi en mieux »?

Ce livre se présente comme le journal intime d’une femme qui essaie de s’améliorer et qui, pour cela, teste différentes pratiques de développement personnel : les cures détox, le yoga, la méditation, etc. Sauf que la plupart l’épuisent ou font qu’elle se sent encore plus mal dans sa peau, ce qui l’amène à se demander s’il ne vaut pas mieux accepter ses imperfections au lieu d’être perpétuellement en conflit avec soi-même.

Vous connaissez ma passion pour les journaux intimes et vous savez tout le bien que je pense de Mathou depuis longtemps (mais encore plus depuis La Remplaçante). Filgoude avait donc tout pour me plaire, d’autant que je suis désormais convaincue que le développement personnel est plus dangereux qu’épanouissant car il tend à enfermer les gens dans une quête de perfection forcément vouée à l’échec. Ce ne sont pas tant les pratiques elles-mêmes qui sont en cause (vous savez combien, pour ma part, j’aime le yoga et la méditation) mais la manière dont on nous les vend. Car oui, le développement personnel est un business lucratif et parfaitement adapté au modèle capitaliste puisque l’objectif (ici, une meilleure version de nous-mêmes) ne cesse de nous échapper, on trouvera toujours quelque chose à se reprocher et donc à améliorer…

Voilà pourquoi je suis entièrement d’accord avec le constat de Mathou : dans une société où les femmes notamment croulent sous les injonctions (réussis ta carrière, réussis ta famille, sois une mère exemplaire, sois sexy mais pas trop, et j’en passe), on n’a pas besoin de s’entendre dire qu’il faut : purifier son corps ! lâcher prise ! pardonner ! s’aimer et aimer son corps ! se focaliser sur le positif !

Non, la solution n’est pas toujours en nous. Parfois, on a besoin de parler à quelqu’un, un.e médecin ou un.e psychologue. On a besoin de prendre des médicaments pour aller mieux dans sa tête, comme on prend des médicaments pour aller mieux dans son corps. On a besoin de la colère et d’autres émotions négatives pour comprendre que quelque chose ne va pas, on a aussi besoin d’elles pour nourrir nos combats.

Vous l’aurez compris, je suis d’accord à 200% avec la démonstration de Mathou et je suis persuadée que Filgoude va apporter pas mal de réponses à tou.te.s celleux qui se posent des questions sur le développement personnel !

Cette lecture me permet de valider une des catégories du Shiny Summer Challenge, « Château de sable », dans le menu « Sable chaud », puisqu’il fallait lire un roman graphique, une BD ou un magazine d’architecture ou de déco.

14 commentaires sur “[Lecture] Mathou – Filgoude

  1. Bonjour Isa,
    Je ne peux être plus en accord avec tes mots et je constate malheureusement depuis pas mal de temps le mal causé par le développement personnel à outrance. Les dégâts sont colossaux à plein de niveaux.
    Je découvre Mathou et tu m’as vraiment donné envie de lire ce livre et d’autres. Un grand merci pour ça. Les témoignages comme celui-là sont d’utilité publique.
    Je t’embrasse bien fort ❤ et te souhaite de passer une bonne fin de journée!

    Aimé par 1 personne

        1. Oui ! Ces challenges m’ont vraiment redonné le goût et l’envie de dévorer des livres ! Je trouve ça amusant d’essayer de trouver un titre correspondant à chaque catégorie, et ça m’a permis de faire de belles découvertes, des romans ou des BD qu’autrement je n’aurais sans doute jamais ouverts !

          Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s