Culture

[Lecture] Itsuki Nanao et Nekokurage – Les Carnets de l’Apothicaire (tomes 1 à 3)

À 17 ans, Mao Mao a une vie compliquée. Formée dès son jeune âge par un apothicaire du quartier des plaisirs, elle se retrouve enlevée et vendue comme servante dans le quartier des femmes du palais impérial ! Entouré de hauts murs, il est coupé du monde extérieur. Afin de survivre dans cette prison de luxe grouillant de complots et de basses manœuvres, la jeune fille tente de cacher ses connaissances pour se fondre dans la masse. Mais, quand les morts suspectes de princes nouveau-nés mettent la cour en émoi, sa passion pour les poisons prend le dessus. Elle observe, enquête… et trouve la solution ! En voulant bien faire, la voilà repérée… Jinshi, haut fonctionnaire aussi beau que calculateur, devine son talent et la promeut goûteuse personnelle d’une des favorites de l’empereur. Au beau milieu de ce nid de serpents, le moindre faux pas peut lui être fatal !

Je vous parle souvent des « best-sellers » du Pumpkin Autumn Challenge et, clairement, celui-ci en est un. Mais, comme souvent, j’ai bien fait de me laisser influencer. Moi qui ne lis pas beaucoup de manga, j’ai dévoré le premier tome quasiment d’une traite. Il faut dire que j’ai toujours aimé les récits historiques mêlant intrigues de cour, injustices sociales et mystères… Oserais-je avouer que je ne loupais jamais une rediffusion d’Angélique, marquise des anges pendant les vacances d’été quand j’avais une dizaine d’années ? Et que le tout premier dessin animé qui m’a (profondément) marquée quand j’avais six ans, c’était Lady Oscar ? C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles Les Carnets de l’apothicaire me plaisent beaucoup : le style de la dessinatrice Nekokurage me fait irrésistiblement penser à mon anime préféré ! Les costumes, les coiffures, les silhouettes dramatiques au clair de lune, les regards en coin, tout cela ne peut que flatter mon côté romanesque !

Mais l’histoire en elle-même me plaît beaucoup aussi car Mao Mao est un personnage atypique et attachant. Furieuse d’avoir été enlevée, elle ne veut surtout pas attirer l’attention car, si elle venait à gagner plus d’argent, elle serait obligée de le verser à ses ravisseurs ! De toute façon, la seule chose qui l’intéresse, ce sont ses plantes et ses potions. C’est d’ailleurs le seul avantage de sa nouvelle position de goûteuse auprès de l’une des favorites de l’empereur : elle va pouvoir poursuivre sa quête, à savoir trouver un remède universel, rien que ça ! Pour se faire, elle n’a jamais hésité à se mettre en danger en s’infligeant blessures, brûlures et autres morsures de serpent. Trop heureuse de reprendre ses travaux, elle reste complètement insensible au charme du mystérieux Jinshi, ce qui donne lieu à quelques scènes amusantes.

Les tomes 2 et 3 sont à l’avenant du premier ; il y a souvent une mini-enquête à résoudre dans chaque chapitre, une tâche à laquelle Mao Mao s’attelle avec un esprit de déduction digne de Sherlock Holmes. On en apprend davantage sur le fonctionnement interne du palais impérial et les rivalités entre les concubines, qui impactent aussi leurs dames de compagnie. On découvre le goût immodéré de notre héroïne pour les poisons, au grand désarroi de son entourage ! Et on retrouve en fil rouge les manigances de Jinshi, qui manipule Mao Mao comme s’il s’agissait d’une marionnette mais qui semble en même temps tenir sincèrement à elle. Dans le 3e tome, on a droit à une visite du quartier des plaisirs, on fait la connaissance du père de Mao Mao et on a droit à une scène franchement cocasse impliquant Jinshi. D’ailleurs, j’aime beaucoup la manière dont Nekokurage dessine ses personnages sous forme de chibi chaque fois qu’elle veut se moquer d’eux. Je trouve que ça accentue l’effet comique, c’est vraiment réussi.

Vous l’aurez compris, j’ai hâte de lire la suite de la série, et pourquoi pas me plonger dans Les Carnets de l’Apothicaire, le roman de Natsu Hyuuga dont ce manga éponyme est tiré !

Cette lecture me permet de valider une deuxième fois la catégorie « La cueillette des champignons » dans le menu « Automne de l’étrange » du Pumpkin Autumn Challenge 2022 car elle correspond parfaitement au mot-clé « poison ».

10 commentaires sur “[Lecture] Itsuki Nanao et Nekokurage – Les Carnets de l’Apothicaire (tomes 1 à 3)

  1. Il faut vraiment que je le sorte de ma PAL ! J’aime bien ta description de l’héroïne, son amour pour les poisons et les plantes, son esprit de déduction et le fait qu’elle reste insensible à un personnage qui a l’air d’avoir une belle part d’ombre et de mystère.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s